L’instant Critique // Bruce Springsteen – Working on a Dream…

boss16a_working

Après Magic, protest album où il s’attaquait à l’Amérique de Bush, The Boss chante ce qui fait la beauté du monde: les charmes d’une jolie caissière dans Queen of the Supermarket, les gâteaux d’anniversaire dans Surprise Surprise.

À entendre ces envolées orchestrales, ces choeurs enjoués, ces effusions de beaux sentiments, on le dirait possédé par l’esprit de Rufus Wainwright. Mais l’E Street Band veille et demeure lui-même dans quelques pièces, dont l’élégante The Wrestler ou The Last Carnival, touchant hommage à son défunt organiste Danny Federici.

Ce n’est pas que soit un mauvais album, mais on n’a pas l’habitude de voir Bruce trouver la vie belle. Mais pourquoi pas? Depuis mardi dernier, nous vivons tous dans un monde meilleur.

15 % de rimes faciles («Show yoouuu, can dooooo»)

30 % de «c’est beau l’amour»

30 % de saccharine

5 % d’amertume

10 % de vintage Springsteen

10 % de Rufus Wainwright

zik3.gif


Working on a dream – bruce springsteen
envoyé par runawaydream


One comment

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *