un appel de sirène envoûtant sur la piste de danse

un appel de sirène envoûtant sur la piste de danse

Le premier album de Porij, « Teething », est destiné aux clubs et aux festivals de fin de soirée. Sur cet appel de sirène sur le dancefloor, le quatuor – qui s'est rencontré alors qu'il étudiait à Manchester – continue d'affiner un mélange euphorique de sons alternatifs et indie avec de vastes influences électroniques. C'est un monde sonore gagnant qu'ils ont établi sur des versions précédentes comme « Breakfast » de 2020, qui ZikNation décrit comme « une collection mélangeant les genres qui oscille entre le nu-jazz, la house, le funk et l'art-pop », et l'EP « Baby Face » baigné de soleil de 2021. Ici, Porij élargit sa palette vers quelque chose de plus mature.

En savoir plus: Porij : un gang dynamique de Manchester avec le spectacle live le plus amusant de la saison des festivals

Cela intervient après une période de transformation pour le groupe. En 2022, deux membres de leur line-up initial sont partis, incitant le chanteur et claviériste Egg Moore et le bassiste James Middleton à recruter le guitariste Jacob Maguire et le batteur Nathan Carroll. Plongés dans le grand bain, leur premier été de spectacles au sein de cette formation comprenait des concerts à Glastonbury et au festival Green Man.

Vous pouvez également entendre ce changement dans la musique. Bien que l'album manque le rebond Disclosure-esque de morceaux comme « Can't' Stop » de 2021, c'est indéniablement toujours un album sur lequel danser. En travaillant avec le célèbre producteur David Wrench (The xx, Frank Ocean), ils ont élargi leur son : des synthés percolants, des rythmes souples et des licks de guitare raides à la Foals sont associés à des arrangements d'une beauté éthérée, une production intrigante et des crochets pop, emmenant leur musique dans une direction plus sombre.

Prenez « Marmite », le morceau d'ouverture percutant du disque, sur lequel des basses qui font trembler le sol sont fusionnées avec des touches scintillantes tandis que la voix d'Egg oscille entre des parties brûlantes et pas tout à fait prononcées et des moments envolés et mélodieux. « My Only Love », qui rappelle les moments les plus rythmés de London Grammar, explore les émotions parfois complexes liées au fait d'être dans une relation à long terme. « Je ne sais pas si ce sera pour toujours / Mais pour l'instant, sache / Tu es mon seul amour », Egg chante honnêtement. Fusionnant des rythmes garage britanniques avec des échantillons vocaux décalés, son refrain jubilatoire capture les sentiments d'une romance vertigineuse.

L'album plus proche, « Slow Down », est une affaire plus calme. Une chanson écrite de manière impressionnante, elle est construite autour de riffs de piano sautés et de progressions d'accords croquantes qui ne se résolvent pas tout à fait et créent au contraire une tension instable. La résolution est livrée avec ses dernières lignes – «Enfin je suis seul / Enfin il y a le silence dans mes os» – quand une douce mélodie vocale arrive comme un soupir de soulagement.

Injecté de l'énergie palpitante qui est devenue un incontournable des concerts de Porij, « Teething » voit le quatuor améliorer son son sans perdre ce que les fans aiment. Une collection impressionnante de coupes complexes mais accrocheuses, vous n’entendrez aucun problème de jeunesse ici.

Détails

album porij

  • Date de sortie: 26 avril
  • Maison de disque: PIAS
Véritable passionné de musique, Romain est un chroniqueur aguerri sur toute l'actualité musicale. Avec une oreille affûtée pour les tendances émergentes et un amour pour les mélodies captivantes, il explore l'univers des sons pour partager ses découvertes et ses analyses.

Participer à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *