la vie, la mort et Dave Grohl à la batterie

la vie, la mort et Dave Grohl à la batterie

Depuis près de deux décennies, St. Vincent – ​​alias Annie Clark, artiste pop de l’Oklahoma – bénéficie d’un don pour la métamorphose qui pourrait vous rappeler un autre innovateur musical. Elle a d'abord été la « Pollyanna asexuée », comme elle a surnommé sa première incarnation, avant d'exploiter le rock alternatif des années 90 pour « Strange Mercy » de 2011 et d'entrer plus tard dans ce qu'elle a appelé son « ère du latex ». Le cosplay a suscité une légère controverse lorsqu'elle a adopté le look de la muse transgenre d'Andy Warhol, Candy Darling, pour son dernier projet, « Daddy's Home », inspiré du rock des années 70.

Et maintenant? « En général sur ce disque », a déclaré Clark ZikNation plus tôt cette année, « il n'y a pas de personnage, c'est juste moi. C'est juste le son de l'intérieur de ma tête. Son septième album solo est résolument sombre et agressif, son caractère sans compromis étant lié au fait qu'il s'agit de son premier disque autoproduit (même si elle a toujours coproduit son travail). L'ouverture « Hell Is Near » indique le goût de St. Vincent pour les erreurs de direction, puisque son ton éthéré et nostalgique cède la place à une volée de morceaux qui échangent des rythmes pulvérisants, des explosions corrosives de guitare noise-rock et des paroles qui dégoulinent de dédain. « Je te regarde et tout ce que je vois, c'est de la viande. » » se moque-t-elle du fanfaron « Flea ».

Malgré toutes ses protestations selon lesquelles elle évite les personnages, la chanson la voit habiter sa créature titulaire, qui représente la mort, qui est largement exprimée dans « All Born Screaming ». Dave Grohl joue de la batterie sur ce morceau, ainsi que sur le premier single explosif « Broken Man », mais il est clair qu'il s'agit d'Annie Clark pure et non filtrée. La première partie de l'album est palpitante et déchirante – une dépêche venue des abysses – alors qu'elle se délecte d'images morbides qui parlent d'une période au cours de laquelle elle a été assiégée par la perte (fidèle à sa forme mercurielle, elle a refusé de s'appuyer sur des détails). Et puis quelque chose d’étrange se produit. Avec le thème fondu de Bond « Violent Times », elle fait passer l'auditeur à travers une porte secrète qui mène à une ambiance plus douce.

Sur « The Power's Out », soutenue par une ligne de basse laconique et une guitare slide douloureuse, elle hausse les épaules : « Personne ne peut nous sauver. » C'est le son de l'acceptation du fait qu'il y a peu de fins heureuses, ce qui se reflète dans la chanson titre tentaculaire. Ici, St. Vincent et Cate Le Bon, une autre outsider de la pop, dansent à travers l'idée centrale de l'album selon laquelle nous sortons comme nous entrons – en donnant des coups de pied et en criant – alors autant embrasser le chaos. En abandonnant tout artifice, Annie Clark a fait sa déclaration la plus généreuse et la plus ouverte à ce jour.

Détails

Saint Vincent – ​​œuvre d'art « All Born Screaming »
Saint Vincent – ​​œuvre d'art « All Born Screaming »

  • Date de sortie: 26 avril 2024
  • Maison de disque: Disques de musique/fiction vierges
Véritable passionné de musique, Romain est un chroniqueur aguerri sur toute l'actualité musicale. Avec une oreille affûtée pour les tendances émergentes et un amour pour les mélodies captivantes, il explore l'univers des sons pour partager ses découvertes et ses analyses.

Participer à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *