REPORT : Pierre Lapointe @ La Boule Noire (jusqu’au 17/10)

Pierre Lapointe en concert : la braise et la glace.

LONDONO_P_Lapointe-couleur

Pierre Lapointe en concert est déconcertant. Tout à la fois violent et léger, ce schizophrène assumé, voire revendiqué, mène la barre toute la soirée, navigant sans boussole mais le cap au cœur entre une pop sucrée-salée faussement légère – alors qu’elle est dramatiquement sombre – et un rock chercheur et affuté, livré dents serrées, l’œil grand ouvert vers de nouveaux horizons.

Volontairement désuet par moment et portant un regard très second degré sur lui-même – à en rire aux éclats : « nous on aime ce petit côté kitsch, pas vous ? On en serait presque à sortir nos chapeaux de cowboys, tiens » – Pierre Lapointe sait tout autant assumer la pesanteur magnifiquement nue d’un piano-voix à fleur de peau (« Comme si c’était hier », « L’endomètre rebelle »), le live lui permettant de transfigurer jusqu’au sublime certains de ses anciens titres, par exemple le désormais cinématographique et tendu « Tel un seul homme », plutôt pop originellement, qui dorénavant s’embrase avec une violence et une tension qui montrent à quel point une mélodie peut être magnifiée par un arrangement brillamment exécuté, en l’occurrence aussi inattendu que simplement excellent (on entend ça et là des ouah, ouf et autres murmurés putain, qui traduisent tout à la fois la surprise et l’adhésion d’une audience écrasée par un tel coup de maître).

Tout le concert durant, les titres s’enchaînent et l’on s’attache rapidement à Pierre Lapointe, à son humour décapant et salvateur entre des morceaux souvent très tendus (« encore une chanson de dépressif, j’espère que vous n’êtes pas en peine de cœur, si c’est le cas, cela n’ira pas mieux avec la suivante »), à son groupe magnifique et soniquement polygame – guitare, basse, batterie, pianos, manipulations sonores, violons, claviers, synthés, flûtes à bec…

Le sommet de la rupture nerveuse semble être atteint sur « Sentiments Humains », chanson-titre du dernier album qui met des goûts d’amer dans les amours estivales (« Ô Barcelone, toi que j’ai nommée cent fois la salope de tous mes automnes, ce soir je coucherai encore avec toi. Ô Barcelone, un jour j’irai pisser sur toi, pour souiller chacun de tes sourires… »), mais c’est sans compter le brutal « L’enfant de ma mère », qui montre un Pierre Lapointe déchiré, hors de lui, statique mais bouillonnant : « J’ai frappé contre le mur ma tête, frappé contre le mur ma tête, j’espère qu’elle éclatera », sur une rythmique de cavalerie malade, guitare riffée en renfort, envolée bouillonnante en conclusion. On reste sur les genoux. La scène se vide. Les applaudissements ne s’arrêtent plus, le groupe revient pour quelques titres. Réintroduction d’un Pierre Lapointe encore plus décalé – non : déjanté – : « imaginez que nous soyons dans une colonie de vacances et que nous soyons vos moniteurs… », pour lancer un « Deux par deux rassemblés » toutes flûtes dehors et sourires aux lèvres qui laissera place à un « Le bar des suicidés » swing et colérique, dans lequel Lapointe se déchire littéralement la voix. La scène se vide encore. Le public décidé à ne pas en rester là fera revenir une seconde fois le chanteur, à nouveau en étant de grâce, pour un magnifique et doux « Nous restions là », exécuté seul au piano.

Pierre Lapointe et sa bande sont en train de réussir leur Paris, lors de cette vingtaine de concerts à La Boule Noire. Chaque soir, il font brillamment ce qu’on demande à n’importe quel groupe – parce, oui, il s’agit réellement d’un groupe et non d’un simple backing band – : vous cueillir à votre arrivée à un point A, vous retourner dans tous les sens et vous laisser, changé, amusé, ravivé, touché, à un point B. Bref : à voir en live absolument.

Pierre Lapointe est en concert à La Boule Noire jusqu’au 17 octobre 2009 et sera en concert à La Cigale le 7 mars 2010.


cover

Album Sentiments Humains disponible (Wagram Label)

Site officiel : pierrelapointe.com


2 comments

  1. Abele says:

    J’adore la musique et la voix de Pierre Lapointe, mais par contre trouvé moi son coiffeur et couper lui les mains, c’est juste pas possible…!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *