Les Inrocks festival – dimanche

Arrivée trop tard pour voir Boxviolet, je ne vous parlerai donc pas de ce groupe dont j’ignore toujours, tout.
Sound of Rum laisse d’abord, perplexe. Une blonde à peine majeure en casquette rap on ne sait trop quels malheurs, principalement accompagnée d’un batteur. Et puis on se souvient d’une douce comparaison avec Jamie T alors on s’y fait au final, petit à petit. On se laisse avoir par l’enthousiasme de la jeune fille parce qu’on a beau jouer les blasés, c’est toujours sympa de voir quelqu’un qui est vraiment content d’être là. A la fin, on applaudit de bon cœur et on se dit que ça vaut peut-être le coup d’écouter le CD vendu et dédicacé dans un coin sombre de la Cigale.

Autour des 19h on choppe une bière pour se rassurer et Alex Winston débarque avec ses musiciens. On nous avait présenté la chanteuse comme “soul”, “folk hippie” et/ou “pop girly”. On retiendra, en effet, le dernier. Alex Winston sonne, et ressemble, à une gagnante d’un X factor anglais. Ses musiciens sont hot mais elle, beaucoup beaucoup trop pop. Une ambiance soirée pyjama subie tombe sur la Cigale et elle fait même du tambourin. Erreur de public, de programmation, nous ne le saurons jamais. Je me sauve quand elle entame ‘Sister wife‘ dédiée à sa sœur.

Django Django, tee shirts bizarres, gueules d’ange, synthé. Pour ceux qui s’attendaient à du Reinhardt, c’est mort, mais les mecs de Django Django mettent une bonne ambiance, cool, détendue, exotique. D’un côté ils se donnent du mal en studio avec des sons sur-travaillés, de l’autre ça a l’air super easy sur scène, relax, un peu mystique, un peu tribal, avec un petit sourire en coin. La voix de Vincent Neff se font dans la musique créant un son épais, homogène, comme une pâte sans grumeaux. C’est bon mais ça manque de surprise. “Bedroom pop“, parait-il.


Et alors qu’on s’était habitués au fait que ce soir, les Inrocks nous proposent une programmation du Dimanche, voilà qu’on nous annonce SebastiAn. Je suis pas très électro, ni très DJ en général (malgré un petit faible pour Yuksek que j’admets très facilement), mais SebastiAn a du charme. Clope au bec, cône noir, sur-kiffage de sa petite personne, modestie au placard, SebastiAn s’annonce être le plus rock’n’roll de tous les DJ  électros. Ça trépigne dans la fosse, ça s’époumone aux moindres gestes de l’homme derrière la fumée. Efficace, pas lassant, rythmé, le son de SebastiAn réveille la moindre petite parcelle de cerveau endormie de la Cigale. Derrière lui un grand écran diffuse drapeau français et messages présidentiel; de “Sebastian président” à “Pour une france qui bouge, votez Sebastian en 2012“… Et le son continue de monter dans ta colonne vertébrale, et t’as envie d’aller remuer ton popotin avec les autres. On se croirait un samedi soir à 4h du matin à Garorock.


Drôle de mélange à la Cigale en ce dimanche soir. Les Inrocks nous auront surpris du début à la fin, rap, électro, pop. Même un peu fatiguée par ce weekend intense, ce troisième et dernier soir aura été instructif. Quoi qu’il en soit, il se peut que je vote Sebastian en 2012…
A l’année prochaine les Inrocks.








Photos Daidix of course

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *