« Cette fois, on a l'impression de laisser les choses telles qu'elles sont »

« Cette fois, on a l'impression de laisser les choses telles qu'elles sont »

Rares sont ceux qui ont connu les hauts et les bas de l’industrie musicale au même degré que le bassiste de Los Angeles Stephen Bruner – mieux connu sous le nom de scène Thundercat. Depuis le début de sa carrière d'adolescent dans un boysband moins connu, jusqu'à la victoire de deux Grammys et la collaboration avec Kendrick Lamar, Tame Impala, Gorillaz et bien d'autres, le voyage que le musicien a parcouru pour l'amener à ce moment a été tout sauf ordinaire.

Maintenant, après avoir terminé quatre concerts consécutifs à Camden, le virtuose de la basse attrape ZikNation dans sa chambre d'hôtel à Londres et revient sur les moments marquants qui l'ont amené là où il est aujourd'hui. Il réfléchit à la façon dont son éducation l'a façonné en tant qu'artiste – élevé par des parents qui ont travaillé avec des icônes des années 60, notamment The Temptations et The Supremes – ainsi qu'à la façon dont son expérience de perte l'a amené à approfondir son propre musique, notamment après la décès d'un ami proche Mac Miller.

Les dates de tournée surviennent également au milieu d'étapes assez importantes pour Thundercat, qui fête cette année les sept ans de la sortie de son album à succès « Drunk », ainsi que la cinquième année de sa sobriété. Depuis ce changement, il a sorti l'album « It Is What It Is », acclamé par la critique, et a continué à taquiner sa suite très attendue en ligne ces derniers mois. Bien qu'aucune annonce officielle n'ait encore été partagée, il nous assure que le projet est définitivement en route et qu'il devrait adopter une approche plus honnête de l'écriture de chansons qu'auparavant. « Cette fois, j'exploite la douleur. Plus de douleur. Comme ce moment où Anakin pensait faire le bien (en La vengeance des Sith) », nous parle-t-il de l’inspiration du nouveau matériel. « Et je pense que cette fois, on a l'impression de laisser les choses telles qu'elles sont. Accepter simplement que les choses soient là où elles sont, et la vie… quelle que soit la vie pour moi en ce moment.

Dans une vaste gamme En conversation interview avant de retourner au Royaume-Uni pour une place à All Points East cet été, il parle de sa récente collaboration avec Justice, des débuts moins connus de sa carrière et s'il pourrait imaginer mettre un terme à ses tournées.

ZikNation: Bienvenue à Londres, comment avez-vous trouvé votre mini-résidence à Koko ?

Chat-tonnerre: « C'était assez fou, si je le dis moi-même. Jouer consécutivement peut parfois être difficile car cela peut épuiser un peu ma voix, mais c'était amusant. Jouer avec Justin (Brown) et Dennis (Hamm) est toujours intense car, même si on se contente de se détendre, ça va quand même être fou. Si on joue deux fois la même chanson, ça va être encore plus compliqué la prochaine fois. La setlist sera là, mais nous suivrons simplement ce qui nous convient.

Les tournées ne sont en aucun cas une nouveauté pour vous. N'avez-vous pas commencé à tourner quand vous étiez adolescent avec un groupe appelé No Curfew ?

« C’est vrai, pourquoi iriez-vous chercher Pas de couvre-feu ! J'étais dans un petit boysband, c'était un truc et c'était plutôt amusant. Je parle encore à quelques gars du groupe et nous nous reverrons de temps en temps. Je viens dans une ville et je rattrape les membres, et ils me disent : « J'ai de la famille maintenant, qu'est-ce que tu fais maintenant, Stephen ? Et je me dis 'Je joue toujours à des jeux vidéo et je collectionne des cartes Pokémon'. Ils disent 'Cool, OK, tu n'as pas grandi'. Mais je l’ai fait, j’ai pris un bus touristique, je suis un adulte.

Votre perception de la musique live a-t-elle changé depuis vos débuts ?

«J'ai toujours été enthousiasmé par cela. Cela a toujours été le cas lorsque je me laisse aller à voir quelqu'un jouer en live. Cette excitation n’a jamais changé depuis que je suis enfant et j’adore ça.

« En ce qui concerne l’évolution, passer du simple fait de jouer de la basse au chant et jouer de la basse a été pour moi la plus grande évolution de tout cela. Cela va paraître vraiment sombre, mais j'ai toujours su que j'allais mourir soit en buvant, soit sur scène. L'un d'entre eux est désormais hors de portée, car je ne suis pas mort en buvant. Mais je suis toujours très excité par la suite. »

Comment se passe le nouvel album ?

« Je travaille! J'ai travaillé dessus, mais je pense que la vie entre les deux est tout aussi importante, alors j'ai essayé de ne pas mettre trop de pression sur ce que c'est censé être. Je bouge simplement d'une manière qui me semble naturelle. Je crée beaucoup de musique, bien sûr. Tout le temps. Mais j’essaie de ne pas trop réfléchir. Nous verrons certainement ce qui se passera dans un avenir proche.

Vous avez récemment célébré cinq ans de sobriété. Cette sobriété a-t-elle eu un impact sur votre façon d’écrire de la musique ?

« Dans la vie, j’ai juste choisi quelque chose de différent, et ce qui va avec vient avec. À certains égards, j’ai l’impression que j’ai dû réapprendre à marcher et à parler. J'ai décidé d'arrêter de boire pendant l'apocalypse, ce qui n'était pas le bon moment. J'aurais dû attendre encore un peu…

« C'est juste différent maintenant, et j'apprends à vibrer avec qui je suis sans ça. »

Des collaborations sur le nouvel album ?

« Oui, c'est l'une des joies de ce que je fais. J'aime l'idée de collaborer avec les gens, surtout quand c'est quelque chose qui me semble bien. La partie (la plus intrigante) pour moi est l'inconnu, c'est ce qui en fait quelque chose de spécial. Ce sont les choses inattendues dans le passé qui comptaient le plus.

«Je suis très enthousiasmé par les choses qui vont arriver dans le futur. Quelques choses arrivent, mais je préfère ne pas le dire parce que j'ai toujours des ennuis à force de spoiler des choses et d'avoir un peu trop envie d'en parler. J'apprends à me taire… mais il y a certainement des choses qui s'en viennent qui sont plutôt géniales.

Comment c'était de collaborer avec Justice sur leur nouvel album, « Hyperdrama » ?

« J’adore Justice, ce sont des Français géniaux juste là. Nous avions travaillé il y a peu de temps et je ne savais pas à quoi m'attendre personnellement. Tout ce que je savais, c'est que j'étais fan. J'ai eu l'occasion de les voir en live avant tout et c'était époustouflant.

« Même pour moi, il y avait une petite différence au niveau du son. Je ne savais pas ce qu'ils penseraient de cette collaboration, mais il s'agissait de le faire ensemble. Donc, lorsqu’il s’agissait d’écrire et de transmettre les idées, c’était une collaboration entre nous trois, essayant simplement de trouver l’équilibre.

L'année dernière, vous nous aviez dit qu'André 3000 serait la collaboration de vos rêves. Avez-vous réussi à écouter sa nouvelle direction avec l'album 'New Blue Sun' ?

« Oui j'ai! J'ai pu assister à la soirée d'écoute et je suis très fier de mes amis qui ont travaillé dessus et je suis très fier d'André 3000 d'être à nouveau entré dans un autre endroit. Il a rappelé aux gens qu'on oublie que nous sommes des artistes. L'album est magnifique. Il n’y a aucune séparation entre lui, du rappeur au chanteur en passant par le producteur et le flûtiste pour moi. Je pense qu'ils sont tous les facettes d'un prisme qu'il est, et tout cela joue ensemble.

«Je peux le voir sous un angle différent et je suis heureux qu'il soit toujours là. Je suis heureux de le voir se promener avec son bonnet et sur un chemin différent que nous sommes tous ici pour voir. J'adorerais toujours travailler avec lui, mais seulement comme il l'entend – du point de vue d'un fan.

Vous venez d'une famille de musiciens talentueux. Qu’est-ce que ça fait d’être exposé à ce niveau de musicalité dès son plus jeune âge ?

«Je ne pourrais pas en être plus reconnaissant. Cela m'a aidé à prendre cela au sérieux et à savoir qu'il y avait quelque chose qui me rendait obsédé et qui n'était pas fou. En vieillissant, vous commencez à vraiment apprécier la façon dont vos parents vous ont élevé. Je pense que cela me frappe de plus en plus fort à mesure que le temps passe, que nos parents mettent vraiment beaucoup en nous. Parfois, je dis simplement merci à mon père. Je vais lui dire « Merci papa », ou je lui dirai « Je t'aime » parfois – et le meilleur dans le fait de dire cela à ton père, c'est qu'il dira « Ouais, je t'ai élevé », ce qui signifie « Tais-toi et éloigne-toi de moi ». Mon père est comme l’un des amours de ma vie, tout comme ma mère.

Une autre chose qui vous a façonné en tant qu’artiste était votre amour de l’anime et de la culture japonaise. Qu’est-ce qui vous a marqué dès votre plus jeune âge ?

«J'adore l'illustration. J'adore dessiner et je suis moi-même illustrateur – ou du moins j'aimerais me considérer comme tel. J'ai toujours été enthousiasmé par l'anime, il a toujours joué un rôle majeur dans le traitement pour moi.

« C'est énorme maintenant, et c'est agréable de voir que c'est devenu une chose aussi importante. Je blâme sincèrement la pandémie pour laquelle tout le monde s’intéresse aux anime et aux mangas. C'est comme s'ils voulaient se connecter à leurs enfants alors ils regardaient Cowboy Bebop… mais j’étais le connard (pour avoir regardé ça) parce que nous n’étions que trois environ.

Vous pouvez trouver des billets pour les prochains spectacles de Thundercat ici.

Véritable passionné de musique, Romain est un chroniqueur aguerri sur toute l'actualité musicale. Avec une oreille affûtée pour les tendances émergentes et un amour pour les mélodies captivantes, il explore l'univers des sons pour partager ses découvertes et ses analyses.

Participer à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *