Tim Harrington de Les Savy Fav sur sa bipolarité et le retour du groupe

Tim Harrington de Les Savy Fav sur sa bipolarité et le retour du groupe

Le leader des Savy Fav, Tim Harrington, s'est entretenu avec ZikNation sur le retour du groupe à l'enregistrement avec leur nouvel album « OUI LSF », leur premier en 14 ans – et comment cela a été façonné par son diagnostic bipolaire.

Le sixième album des vétérans de New York fait suite à une interruption prolongée, au cours de laquelle Harrington s'est tourné vers l'écriture de livres pour enfants et a obtenu un emploi de directeur créatif, tandis que le bassiste Syd Butler et le guitariste Seth Jabour ont rejoint le 8G Band (musiciens house au talk-show Tard dans la nuit avec Seth Myers), le batteur Harrison Haynes s'est concentré sur les beaux-arts et le guitariste Andrew Reuland a travaillé dans le cinéma et la télévision en tant qu'écrivain et monteur.

Harrison, cependant, a également enduré « une période difficile en matière de santé mentale » après avoir reçu un diagnostic de bipolaire entre les albums de Les Savy Fav.

«J'entends beaucoup de gens créatifs parler de santé mentale, de s'y prendre et enfin de prendre des médicaments, ils se disent: 'Oh, (la créativité) a disparu, je ne la trouve pas.' Pour moi, j'ai dû réaliser que c'est toujours là. Je suis toujours moi. C'est un peu ringard, mais parfois, ce qui semble ne rien se produire n'est en réalité que l'absence d'une putain de tornade complète », a-t-il déclaré.

Bien que le groupe soit revenu pour des performances live occasionnelles pendant l'interruption de l'enregistrement, ce n'est qu'après un concert au Primavera Sound en 2022 que les choses ont évolué vers l'écriture. Le batteur Haynes n'ayant pas pu assister au spectacle, le groupe a recruté jeudi Tucker Rule, un remplaçant du post-hardcore, à qui ils ont enseigné leurs chansons pour la première fois.

« Tout d'un coup, nous avions quelqu'un qui ne jouait pas les chansons et nous passions beaucoup de temps à répéter dans mon studio mansardé. Harrison vit en Caroline du Nord, donc répéter demande toujours des mathématiques, mais Tucker avait raison dans le quartier. Nous étions dans l’espace de pratique comme nous ne l’avions pas fait depuis longtemps.

« Syd a suggéré que nous fassions un disque, et honnêtement, jusqu'à l'année dernière, je pensais : « Peut-être une chanson, peut-être un EP ». Je devais le faire comme je le voulais.

Avant la sortie de l'album, Harrington s'est entretenu avec ZikNation sur son retour d'une pause, comment ses expériences dans la lutte contre la maladie mentale ont eu un impact sur son écriture de chansons, ses compétences accrues en studio, si le retour du groupe sera ou non une proposition à long terme et pourquoi le sexe entre chats peut être une métaphore pratique.

ZikNation : Salut Tim. Après votre dernier album « Route For Ruin », aviez-vous l’intention que la pause soit aussi longue ?

Tim Harrington : «Cela s'est en quelque sorte déroulé de cette façon. Après « Root For Ruin », je voulais que nous trouvions une nouvelle façon d’écrire. Notre groupe avait appris à écrire de la musique simplement en étant dans un espace de répétition et en vivant ensemble pour toujours, mais avec « Root For Ruin » et (prédécesseur) « Let's Stay Friends », le processus ressemblait davantage à : « Passons un mois à condenser cela dans un studio.' Après « Route For Ruin », je me suis dit : quand nous réécrirons, je veux écrire avec un but. Je veux écrire des chansons.

« De plus, j’ai eu une période difficile en matière de santé mentale. Cela était en grande partie dû au fait d'essayer d'avoir une vie régulière en plus de ma vie de « membre du groupe ». C'était important pour moi de pouvoir faire les deux choses, mais il semble qu'en tant qu'artiste, le chaos soit en quelque sorte ma préférence. Trouver cet espace intermédiaire entre le chaos et la misère a été difficile, puis il m'a fallu beaucoup de temps pour comprendre, par exemple : « Qu'est-ce que je veux chanter maintenant ? Comment puis-je chanter de manière crédible sur le chaos alors que j'ai passé la majeure partie des 10 dernières années à essayer de ne pas avoir une vie en chute libre tout le temps ?

« Cela a pris du temps, mais lorsque nous écrivions le nouvel album, j'ai trouvé mon thème et ma voix, et les choses qui sont intéressantes. Il n'est pas possible de les démêler. Beaucoup de chansons parlent de bipolaire, elles reflètent la façon dont il y a beaucoup de conneries qui m'horrifie et m'inspire en même temps. Cette chose que vous aimez peut aussi être celle qui vous rend malheureux. Ils se produisent en même temps et se superposent. Il y a 15 ans, cela n’aurait pas eu de sens pour moi. »

Les Savy Fav
Les Savy Fav (CRÉDIT : Presse)

Vous avez dit qu'à l'époque de « Root For Ruin », vous cherchiez une nouvelle façon d'écrire. L'avez-vous trouvé sur 'OUI LSF' ?

«Je pense que nous l'avons fait. Entre ce disque et celui-ci, je me suis beaucoup amélioré dans l’écriture musicale. J'ai désormais toute une pile d'instruments électroniques, je fabrique aussi les miens et je passe énormément de temps à m'hypnotiser avec des synthétiseurs. Il s'avère que tout ce qui s'est passé au cours des 10 dernières années signifie que tout d'un coup je peut faire l'enregistrement. Et puis Syd et Seth jouaient tous les jours dans un talk-show, ce qui les rendait simultanément super, super techniques, mais je pense aussi qu'ils avaient envie de faire quelque chose de moins transactionnel, de se replonger dans le vif du sujet.

« Il y a une petite affiche au-dessus de mon espace de travail qui dit : « Je ne peux pas le faire comme tu veux, je ne veux pas le faire comme tu peux », écrite encore et encore sous forme de spirale dans un œil terrifié. Ce sentiment m’était resté pendant 10 ans, et y renoncer a été ce qui a aidé ce disque. Nous nous réunissions et enregistrions, et décidions plus tard si c'était bon ou mauvais, donc nous nous sommes retrouvés avec beaucoup de chansons, certaines d'entre elles n'étaient pas assez bonnes, mais elles nous ont toutes aidées avec ce truc de « finissez-le ». J'ai toujours été inspiré par un de nos amis musiciens décédé il y a quelques années, Sam Jayne du groupe Love As Laughter. Des chansons sortaient de lui où nous prendrions une éternité. Nous aurions un énorme tas de terre et une seule chanson. Je ne sais pas si vous avez vu la pochette du disque ?

Le devant porte le titre écrit sous forme de pousses vertes sortant de la terre…

« Et la quatrième de couverture montre les racines souterraines. C'est comme la façon dont nous enregistrions. Il s’agit de faire vivre ensemble ces deux côtés.

Ce qui revient à ce que vous disiez sur la recherche d’un équilibre émotionnel dans votre vie et le fait d’être à l’aise avec le juste milieu conflictuel.

« Exactement, comme si on pouvait détenir deux choses à la fois : la stabilité et le chaos, l’inspiration et l’horreur. Le disque est également bipolaire dans la façon dont la première et la dernière chanson le terminent.

Le premier morceau, « Guzzle Blood », est assez sombre au niveau des paroles, décrivant un moment de désespoir total et de manque de foi.

«Et puis la dernière chanson, 'World Got Great', est d'un optimisme embarrassant. Être capable de rassembler ces éléments dans un seul disque qui a du sens pour moi est important. Une grande partie du disque parle de relations et beaucoup de disques parlent de foi. Pour moi, la foi est comme l'expression de l'amour. Le disque s'ouvre sur une désillusion abjecte de la foi, puis se termine sur un lieu de foi totale, et puis il y a tout entre les deux. Sur la chanson 'Barbs', il y a une phrase : 'T'aimer, c'est comme se faire baiser par un chat'. Je ne sais pas ce que tu sais sur le sexe avec les chats ?

Pas une somme énorme.

« Le pénis des chats a des barbes qui pointent dans la mauvaise direction, donc quand ils entrent, c'est douloureux de ressortir, c'est pourquoi il y a ce bruit fort. Les paroles de cette chanson parlent de la façon dont les relations peuvent être rêveuses et belles, mais aussi difficiles et douloureuses, que ce soit avec votre groupe, quelqu'un que vous aimez, votre famille, peu importe. Il y a beaucoup de choses dans le disque qui ont à voir avec ça… Et puis nous avons parlé de sexe de chat.

Beaucoup de chansons sont tournées vers le passé, comme « Mischief Night » qui rappelle une soirée chaotique à Tijuana, et « Dawn Patrol » qui parle de faire la fête à l'époque. Quel genre d'émotions écrire sur le bon vieux temps évoque-t-il ?

« « Dawn Patrol » est celui avec lequel Seth nous est venu, presque tout en place (instrumentalement). Cela m'a immédiatement rappelé de jouer un spectacle dans une ville, de traîner dans cette maison bizarre qui était très loin et où vivent environ 20 personnes. Il y a un morceau de création orale qui a été vraiment inspiré par la « Leçon d'histoire – Partie II » de Minutemen. C'est probablement quelque chose que j'aurais été gêné de faire quand j'étais plus jeune, de simplement dire : « C'était vraiment génial et j'ai aimé ça ». « Mischief Night » ressemble plus à une nouvelle ou à une chanson sur une nuit plutôt imprudente. Nous avons fini par rester dehors jusqu'à l'aube dans un club gothique situé à l'arrière d'un club de strip-tease underground à Tijuana. C'était amusant comme de la merde.

Alors, où 'OUI LSF' laisse-t-il le groupe aller de l'avant ?

«Je ne sais pas, et j'aime ça. Même si ce disque a été plus conçu, il ne doit pas toujours en être ainsi. Cela a ses avantages et ses inconvénients. D'un côté, tout le monde a besoin d'un travail quotidien, ce qui n'est pas aussi amusant que d'être dans le groupe tout le temps, mais d'un autre côté, vous pouvez prendre 14 ans entre deux enregistrements si vous en avez besoin. Nous sommes dans un espace où je n'ai aucune idée de ce qui va se passer ensuite, et c'est bien, mais quand vous êtes dans un groupe depuis 30 ans, ou avec une personne depuis 30 ans – et j'ai été ces deux choses – vous ne seront jamais démêlés.

Le nouvel album des Savy Fav 'OUI LSF' est maintenant disponible via Frenchkiss/The Orchard.

Pour obtenir de l'aide et des conseils en matière de santé mentale :

Véritable passionné de musique, Romain est un chroniqueur aguerri sur toute l'actualité musicale. Avec une oreille affûtée pour les tendances émergentes et un amour pour les mélodies captivantes, il explore l'univers des sons pour partager ses découvertes et ses analyses.

Participer à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *