Taylor Swift nomme The Blue Nile sur le morceau « Tortured Poets Department » « Guilty As Sin ? »

Taylor Swift nomme The Blue Nile sur le morceau « Tortured Poets Department » « Guilty As Sin ? »

Taylor Swift a nommé le groupe indépendant écossais culte The Blue Nile sur un morceau de son énorme nouvel album « The Tortured Poets Department ».

Sur le neuvième morceau de l'album « Guilty As Sin ? », Swift chante : «Me noyer dans le Nil Bleu / Il m'a envoyé Downtown Lights / Je ne l'avais pas entendu depuis un moment / Mon ennui était profond / Cette cage était autrefois très bien / Ai-je le droit de pleurer ?»

« The Downtown Lights » était la chanson la plus importante du groupe, atteignant le Top Ten du classement American Modern Rock Tracks en 1989, également l'année de la naissance de Swift.

Écoutez les deux morceaux en question ci-dessous :

En plus d'avoir des thèmes similaires à ceux du nouvel album de Swift – naviguer dans des relations difficiles, les conséquences d'un chagrin – la référence à la chanson semble également être un autre clin d'œil à Matty Healy de The 1975, avec qui Taylor a eu une relation amoureuse pendant une courte période en 2023. .

Healy a dit un jour à Vulture que The Blue Nile était son « groupe préféré de tous les temps », et il a nommé « Hats », dont est tiré « The Downtown Lights », comme son album préféré des années 80. Il a également déclaré que sa chanson « Love It If We Made It » est comme « Le Nil Bleu sous stéroïdes ».

Dirigé par le chanteur Paul Buchanan, The Blue Nile de Glasgow a un public underground dévoué et est loué pour ses mélodies élégantes et mélancoliques et ses arrangements de synthétiseur et de guitare sobres et patients. Bien qu'ils n'aient sorti que quatre albums studio, ils sont considérés comme l'un des groupes alternatifs les plus influents de leur époque.

Les Blue Nile sont loin d'être les seuls autres artistes dont le nom est vérifié sur « The Tortured Poets Department ».

La chanson titre fait référence à « Lucy », dont les fans semblent convaincus qu'il s'agit d'une référence à Lucy Dacus, un tiers du groupe Boygenius, lauréat d'un Grammy, et quelqu'un qui a des liens à la fois avec Swift et Healy, qui encore une fois est considéré comme le sujet de la chanson.

Dacus entretenait une amitié avec Healy depuis des années, tout comme Phoebe Bridgers, membre du groupe Boygenius, qui avait précédemment déclaré qu'elle était fan du leader « depuis toujours » avant de unir leurs forces en 2020.

Sa relation avec Swift passe également par Bridgers, puisque ce dernier a joué le rôle d'ouverture de l'icône pop lors de sa « Eras Tour ». De même, en mai de l'année dernière – quelques jours seulement après que Swift ait confirmé sa relation avec Healy – Dacus et son compatriote Boygenius Julien Baker ont rejoint Bridgers pour la première place à Nashville.

Ailleurs, Charlie Puth est salué sur la même chanson, tandis que les fans se demandent également si « merci aIMee » est destiné à Kim Kardashian.

Aaron Dessner du National s'est également dit « éternellement reconnaissant » d'avoir travaillé aux côtés de son frère Bryce et de Jack Antonoff des Bleachers sur l'album.

Dans une critique trois étoiles de l'album, ZikNation a écrit : « Le département des poètes torturés finit par courir après sa propre queue avec des tentatives frénétiques pour répondre aux critiques malgré la stature actuelle de Swift. »

Il poursuit : « Swift semble être à la recherche infatigable de la célébrité, mais l'opinion publique négative que cela peut engendrer l'irrite, et c'est un thème fatigué qui tourmente désormais sa discographie et laisse peu de place aux observations lyriques poignantes dans lesquelles elle excelle. C'est pourquoi les pièges qui enlisent son 11e album studio sont d'autant plus décevants : elle a prouvé à maintes reprises qu'elle pouvait faire mieux.

« Devant un public de Melbourne lors de sa tournée Eras, Swift a déclaré que « The Tortured Poets Department » venait d'un « besoin » d'écrire. C'est juste que nous n'avions peut-être pas besoin de l'entendre.

Véritable passionné de musique, Romain est un chroniqueur aguerri sur toute l'actualité musicale. Avec une oreille affûtée pour les tendances émergentes et un amour pour les mélodies captivantes, il explore l'univers des sons pour partager ses découvertes et ses analyses.
Participer à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *