Remi Wolf écrit sa vie avec « Big Ideas »

Remi Wolf écrit sa vie avec « Big Ideas »

Remi Wolf est une artiste électrique. Qu'elle saute sur la scène caverneuse de l'O2 Arena de Londres (comme elle l'a fait en mai, en première partie d'Olivia Rodrigo), qu'elle fasse danser la piste une semaine plus tard lors de son propre concert à l'Electric Brixton, ou qu'elle fasse ses débuts triomphaux à Glastonbury, la fêtarde funk-pop est toujours à la hauteur.

Son chant distinctif et puissant, son énergie contagieuse et son charme débordant sont capables de séduire même le plus réticent des spectateurs. Qui d'autre serait capable de diriger l'O2 dans un échauffement digne d'un jazzercise, en disant à la foule : « On ne peut pas avoir d'air vicié ici ce soir, il faut que ce soit plein d'air chaud et humain » ? L'artiste née à Palo Alto s'est forgée une réputation d'artiste live de grande envergure et a gagné la base de fans enthousiaste qui va avec.

Le fait que les chansons de Wolf brillent en live est également un atout. Prenez « Soup », un morceau inédit de son nouvel album « Big Ideas » (qui sort vendredi), un morceau de synth pop pétillant et funk qui décrit une relation qui se brise. Ou pour être plus précis, comme elle l’a expliqué lors de sa présentation à Glastonbury : « Je l’ai écrit sur le fait d’être en relation avec quelqu’un et de ne pas pouvoir lui donner pleinement ce dont il a besoin, mais de vouloir tellement, tellement, et de faire de son mieux – mais ensuite, en faisant de son mieux, on se retrouve sur un toit, à sniffer de la cocaïne jusqu’à 7 heures du matin. »

C'est un morceau destiné aux grandes scènes, ce qui était l'intention de Wolf. « Je me suis dit : 'Je veux faire une chanson qui sonne comme si elle devait être jouée dans une arène' », raconte Wolf tout sourire ZikNation. Mission accomplie.

« J'étais en proie à des difficultés de croissance, je réfléchissais beaucoup et je me retrouvais dans de nombreuses situations dans lesquelles je n'avais jamais été confrontée auparavant. »

Après avoir fait son apparition en 2019 avec l'EP « You're a Dog ! » (et deux autres albums sur le thème des chiens, et avoir fait ses débuts deux ans plus tard avec l'album acclamé « Juno »), Wolf se prépare maintenant à sortir son deuxième album « Big Ideas ». Un disque aux influences funk et soul qui parcourt l'écriture confessionnelle de Wolf à travers un kaléidoscope de genres musicaux. Qu'il s'agisse de morceaux rapides et adaptés aux clubs ('Slay Bitch'), de « psychédéliques croquants » inspirés des Flaming Lips ('Frog Rock') et de « soul-funk-pop » influencée par Evelyn « Champagne » King ('Cinderella'), Wolf renforce toujours ses aventures sonores avec sa voix et son lyrisme distinctifs.

L'album a été écrit en cinq parties distinctes, au cours des pauses dont Wolf a bénéficié au cours de deux années « monumentales » et non-stop de tournée pour « Juno ». « J'étais en tournée, je rentrais à la maison, j'avais deux jours de repos, puis je me mettais à écrire, puis je repartais en tournée », se souvient Wolf, en discutant avec ZikNation autour de bouchées de bacon et d'œufs dans un restaurant branché de l'est de Londres.

« En 2022, j’ai passé six semaines à la maison », révèle-t-elle. « J’ai vécu tellement de choses, j’ai été en proie à des difficultés de croissance, j’ai beaucoup réfléchi et je me suis retrouvée dans de nombreuses situations dans lesquelles je n’avais jamais été confrontée auparavant. »

Lors de la création de « Big Ideas », Wolf a assumé l’entière responsabilité créative de la sélection des « salles, des gens, de l’ambiance… en menant vraiment le tout du début à la fin ». Avec son emploi du temps chargé, le disque est devenu une sorte de bouée de sauvetage pour elle, lui donnant l’espace nécessaire pour donner un sens et synthétiser les expériences qu’elle vivait sur la route. « De cette façon, c’était vraiment cathartique, car j’ai pu documenter ma vie », se souvient-elle. « Il se passait tellement de choses que beaucoup (de chansons) se sont écrites toutes seules, alors que je parlais simplement de ce qui se passait. »

Rémi Wolf
Remi Wolf. Crédit photo : Ragan Henderson

L'une de ces images saisissantes peintes par Wolf comprend les paroles de la chanson folklorique « Just The Start » qui reflète l'épuisement dû aux tournées : «Je ne veux pas faire la fête/mais je ne veux pas vraiment travailler/de toute façon je serai seul, de toute façon je suis maudit« C'est une chanson que j'ai écrite seule dans mon lit à 4 heures du matin dans un hôtel à New York », dit-elle. « Quand on voyage et qu'on n'a pas de base… il y a un manque incroyable de stabilité, et il est très facile de commencer à s'appuyer sur les vices. Surtout quand on est vraiment fatigué, et qu'on n'a pas envie de travailler, mais on ne veut pas non plus détruire son corps.

« C'est un sentiment fou de ne pas savoir quoi faire. C'est un sentiment de solitude. Et je pense qu'à cette époque, je ressentais ce sentiment de façon intermittente, et j'aspirais profondément à un foyer ou à une sorte de confort. »

Par le passé, Wolf a parlé ouvertement de sobriété. Elle a marqué le premier anniversaire de son single « Liquor Store » de 2021 avec un message sur Instagram expliquant que « dans un grand Hail Mary pour me sauver moi-même et ma carrière naissante, je me suis rapidement envoyée en cure de désintoxication, je suis devenue sobre et quatre mois plus tard, je suis revenue à Los Angeles pour commencer immédiatement à écrire mon premier album ». « Liquor Store » a été la première chanson qu'elle a écrite à son retour.

Au cours des années qui ont suivi, le parcours de Wolf avec l'alcool a changé et évolué. « Tout le premier album, Juno, a été écrit alors que j'étais sobre et que je venais de commencer une cure de désintoxication. C'est un voyage, j'étais très jeune à l'époque. Je suis heureuse d'avoir fait ça à l'époque, et depuis, au cours des trois dernières années, j'ai fait des allers-retours entre la sobriété et la sobriété, et c'est une chose en constante évolution », explique-t-elle aujourd'hui.

« C'est quelque chose que j'ai observé de manière aiguë en moi-même, et en ce moment, j'en suis au point où je ne sens pas qu'il est nécessaire pour moi d'être sobre, et je fais du bon travail en buvant comme je le souhaite. Cela ne me stresse pas, ne me plonge pas dans une dépression majeure et n'affecte pas ma vie de manière négative. »

« J'ai commencé à essayer de trouver un équilibre entre les fêtes, puis non. On m'a donné le temps et l'espace pour vraiment explorer »

« Je pense que pendant un certain temps, j’étais très rigide dans ma façon de voir les choses », ajoute-t-elle, en parlant de son état d’esprit très tranché par rapport à l’alcool. « C’était soit “je suis sobre, soit je suis complètement à la traîne”. J’ai essayé de me détendre, de me laisser aller à l’échec, puis de réussir et de voir ce qui marche. »

Alors qu'elle entame une nouvelle période de tournée chargée en parallèle de la sortie de « Big Ideas », Wolf a désormais trouvé des moyens de prendre soin d'elle-même pendant ses déplacements, aidée par une période de quatre mois à la maison – la plus longue période continue qu'elle ait connue en quatre ans. « J'ai commencé à essayer de trouver un équilibre entre faire la fête et ne pas faire la fête. On m'a donné le temps et l'espace pour vraiment explorer, au lieu de me dire : « putain, j'ai désespérément besoin de sobriété, ou j'ai désespérément besoin d'un verre ». Je n'agissais pas par désespoir. C'est donc agréable d'avoir ces outils maintenant », dit-elle.

« Je suis en déplacement en ce moment, et si je me sens mal à l'aise ou autre, je peux simplement me dire : « Je sais que si je fais une promenade de deux heures et que je marche sous le soleil, je me sentirai beaucoup mieux dans deux heures. » Si mon corps est vraiment tendu, je sais que je peux aller à un cours de yoga et je me sentirai mieux après. Je pense que j'ai accumulé ces outils qui m'aident maintenant. »

Après quelques dates dans des festivals cet été, Wolf se lancera plus tard cette année dans une grande tournée aux États-Unis et au Royaume-Uni, où elle pourra s'appuyer sur les expériences des concerts récents auxquels elle a participé. Parmi ceux-ci, citons la tournée « Guts » avec Rodrigo, des concerts avec Lorde et des concerts avec Paramore en Australie l'année dernière. « Je les adore, ce sont les gens les plus gentils qui soient », dit Wolf à propos du groupe de rock. « C'est un vrai rêve de faire une tournée avec eux. Leur public était vraiment génial. »

Avec Paramore, Wolf a également contribué à une version de « You First », avec ses propres couplets, pour l'album de remix du groupe « Re: This Is Why ». Hayley est une chanteuse et une compositrice tellement incroyable, que c'était vraiment amusant de pouvoir chanter ses mélodies. Et l'entendre chanter tous les soirs était tout simplement psychotique, incroyablement bon. Elle est incroyable. »

Il ne faudra pas longtemps avant que nous entendions des commentaires tout aussi élogieux sur le spectacle live de Remi Wolf, sa voix convaincante et son courage sur scène alimentant le buzz. En ce qui concerne la sortie de « Big Ideas » la semaine prochaine, Wolf dit qu'elle est « surtout excitée de donner vie (aux chansons) en live, avec un groupe complet sur ma propre tournée en tête d'affiche », quelque chose qui est déjà prévu – y compris une date à l'emblématique Brixton Academy de Londres. Mais avec des chansons comme « Soup » écrites pour remplir des arènes, nous n'excluons pas que les grandes idées de Wolf l'emmènent là-bas ensuite.

« Big Ideas » de Remi Wolf sort le 12 juillet via EMI

Véritable passionné de musique, Romain est un chroniqueur aguerri sur toute l'actualité musicale. Avec une oreille affûtée pour les tendances émergentes et un amour pour les mélodies captivantes, il explore l'univers des sons pour partager ses découvertes et ses analyses.
Participer à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *