Pollen – Wave Machines

Pollen – Wave Machines

Quand on est un groupe de rock, être originaire d’une cité comme Liverpool, ville berceau des plus belles icônes du rock, n’est pas un héritage facile à porter. Wave Machines semble pourtant l’assumer pleinement. Après un premier album en 2009, “Wave if you really there”, salué par la critique et le public, aux mélodies pop affirmées, séduisantes et “gummy” à souhait, ils reviennent avec un nouvel opus “Pollen”. Volontairement en rupture, cet album affirme bien leur volonté de ne pas tomber dans la facilité en surfant sur la vague du succès et de la continuité.

 

wave-machines-pollen

 

“Pollen”, c’est d’abord un album surprenant par la diversité et la richesse de ses sonorités. Mélancolique et sombre, à l’instar du premier titre, « Counting birds » ou encore « Pollen » et « Sitting in a chair, Blinking ». Wave Machines affectionne les ambiances en demi-teinte, les nuances et les expérimentations musicales.
Cet album est l’aboutissement de multiples recherches et d’une écriture de plus de deux ans et demi, selon Tim Bruzon, le chanteur et leader du groupe.
La mise en danger, le regard extérieur pour toujours évoluer, sont leur credo…
Le groupe n’a donc pas hésité à se soumettre au jugement d’un producteur londonien de renom, Lexx (Arcade Fire, Björk…).

Dans le titre « Blood will Roll » (l’un de mes préférés), on découvre un enchevêtrement de sonorités tribales, des semblants de râles qui se font écho tout au long de l’intro du morceau. Cependant, bien vite la voix grave et monocorde du chanteur dans les couplets s’oppose au refrain et aux voix du chœur bien plus hautes et aériennes.
Et que dire des flamboyants riffs de guitare enchainés à la rythmique effrénée de la batterie omniprésente dans ce morceau qui vous entraine dans une folle effervescence.
C’est l’éternelle ambivalence de ce groupe. Une multitude de détails qui font qu’à l’écoute, on ne saisit pas toute la subtilité des arrangements et l’architecture du morceau. Une vraie alchimie et une science qui ne s’étudie mais se ressent.

 

Quant au titre « Unwound », il s’appuie toujours sur une esthétique recherchée et un équilibre parfait entre multiplicité de sonorités et ses arrangements complexes.On n’est pas très loin de l’univers de Metronomy.

L’électro, le groove, le rock, les genres musicaux se rejoignent et se confondent dans cet album atypique. Parmi les nombreuses sorties d’album de ce premier trimestre 2013, s’il faut que vous en reteniez une, retenez celle-là.
Wave Machines vous invite à un voyage de 45 mn et je vous garantis qu’il deviendra très vite un incontournable dans votre playlist.

 

L’album « Pollen » est disponible depuis le 21 janvier 2013.
Wave Machines sera en concert prochainement :

  • Le 16 avril 2013 au I.BOAT à Bordeaux
  • Le 17 avril 2013 au Café de la Danse à Paris dans le cadre du festival Clap your hands

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *