Les Nuits électroniques de l’Ososphère 2013 @ La Coop – Part I

Les Nuits électroniques de l’Ososphère 2013 @ La Coop – Part I

Kavinsky00-Ososphere-2013-1

Pour sa 14ème édition l’Ososphère a réinvesti la COOP, friche industrielle lovée au coeur du Port du Rhin. Un site impressionnant qui ne pouvait que laisser augurer d’une nouvelle célébration nocturne hors norme, à la saveur toute électronique. Dès le vendredi soir la longue file d’attente devant l’entrée frémissait déjà de l’impatience à peine contenue des milliers de clubbers qui attendaient leur passe droit pour ce qu’ils pressentaient comme une nuit, voire un week end, mémorable…

PART I : VENDREDI 27 SEPTEMBRE 2013 @ COOP – PORT DU RHIN –

• THE SHOES (DJ set) :

Ce set était une bonne surprise, énergique, foutraque, éclectique, il a retourné une foule qui s’est rapidement amassée sur le devant de la scène du REV. En live The Shoes a une sacrée pèche et en set c’est de la même veine. «Généreux et jubilatoire, snobant avec morgue toutes les dépressions», difficile de mieux décrire l’enchainement joyeux que les deux compères de The Shoes nous ont offert.

•  (Live) :

La formation des Toxic qui s’est installée dans le SUB ce soir là a franchi un vrai palier depuis ces deux dernières années. Toxic Avenger sort enfin du bois pour invoquer avec talent la noirceur de son époque dans une éléctro crossover, puisant autant dans la new wave, l’indus que le hip hop (Disiz). Le tout sur fond de séquences vidéos rythmant en noir & blanc les chapitres sonores et bruyants d’un siècle émergeant. Une bonne surprise également, j’étais resté sur une prestation en demi teinte à la Laiterie il y a quelques années.

•  (Live) :

Comme en 2012 au même endroit, avec un guitariste en plus. Sans surprise mais toujours affuté et élégant, Beakbot rend les filles amoureuses et les garçons souriants. Je me demande si cette coupe de cheveux est une bonne idée, je ne suis toujours pas convaincu que ça lui aille… Il faut reconnaître cependant que Beakbot et son pote Kavinski ont trouvé un créneau musical et scénique pour imposer leur patte. Le petit bonus étant la présence d’Irfane, from Strasbourg, qui a fait monter l’ambiance et la température d’un cran.

•  (DJ Set) :

J’attendais plus de ce set, ayant encore à l’esprit une certaine idée du Big Beat qui a fait la renommée du personnage, un peu comme les fantômes de Chemical Brothers, le son d’une époque. Finalement très ancré dans un univers néo-beauf il a balancé du hit facile, limite cheesy et n’a malheureusement pas fait démentir ses prestations made in us comme on en trouve à foison sur YouTube. Dispensable donc s’il était question de préserver l’image «légendaire» du monsieur en 2013, à une époque qui le surclasse dans ses choix musicaux et son style. Ses quelques percées acide house n’auront pas compensé son manque d’inspiration. Je m’incline toutefois devant son sens de la fête et son envie la partager. Pas plus.

• KAVINSKI (Outrun live) :

Une bonne surprise en comparaison de l’année dernière. Poseur et arrogant (sur scène) en 2012, il semble être revenu au travail en 2013 avec l’envie de prouver qu’il n’est pas qu’un phénomène de mode à la sauce 80’s. Dans une mise en scène minimaliste centrée sur le personnage mi sprite – mi anime, il tient la baraque avec un live au cordeau qui impose son univers : une balade nocturne dans un Miami Vice où les super héros conduisent des bagnoles customisées sous les lens-flares. A la croisée de Drive et street fighter, avec un son propret.

•  (DJ Set) :

Pas grand chose à dire d’un DJ Set convenu qui ne remplacera jamais ses lives. Le rémois en a bien plus sous la pédale, son set est donc pour résumer frustrant, d’autant qu’il a eu la malchance d’un pépin technique dans le premier 1/4h. A redécouvrir vite sur scène avec sa formation.

•  (DJ Set) :

Prix du set le plus racé et le plus élégant. Digne d’un Andrew Weatherall des grands soirs, le gentleman nous a gratifié d’une prestation fine, cultivée, classieuse et hyper dansante. Ce Magician a beaucoup de goût et de groove, il a merveilleusement bien conclu cette première nuit électronique à la COOP.

 

(Article écrit par Cédric et mis en image par Silveric)


Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *