Levitation 2019

Levitation 2019

​Ce week-end a été plein de surprises auditives, visuelles et de rencontres musicales et amicales : nous sommes partis dans le grand Ouest, vérifier s’il y faisait si bon vivre que l’on dit, et profiter de deux festivals : Lévitation à Angers le vendredi soir, Scopitone à Nantes le samedi.

Découverte d’Angers

En cette douce fin du mois de septembre, les rues d’Angers sont agréablement fréquentées, les terrasses encore ouvertes. Nous nous dirigeons vers la Maine qui traverse la ville, et la suivons pour arriver au Quai, Centre Dramatique National dont les locaux accueillent les festivaliers pour cette  7e édition du festival Levitation. Les éditions précédentes s’étaient déroulées au Chabada, et nous allons découvrir ce nouveau lieu.

Entrée sur le site de Lévitation

Passés l’entrée et le remplissage de la carte cashless, nous voici dans un lieu redimensionné pour l’occasion. Le Forum, immense, fait office de grande scène. Une autre salle, plus petite, la T400, voit défiler des groupes dans une ambiance plus confinée. Au fond, une immense pièce est dédiée au marchandising. Plus loin encore, le patio accueille les soiffards et les affamés. C’est aussi un des rares lieux où l’on peut discuter posément. Le festival reste à taille humaine, et on peut profiter de chaque groupe sans avoir à chercher son chemin des heures au milieu d’une foule dense.

Car ce n’est pas devant les Warlocks, Black midi, Fat White Family, Iceage, Psychotic Monks ou Frustration que l’on va philosopher des heures.

The Warlocks

En effet, les Warlocks, symboles vivants du psyrock ont entamé bruyamment leur set. C’est un mur de son qui se déroule devant nous, le groupe jouant avec deux batteries. On commence aussi à comprendre que les photos vont être compliquées, tous les groupes jouant avec des images psychédéliques projetées sur la scène.

Black Midi

Il est temps de venir apprécier le mur de son de Black Midi. Leur maîtrise du style est impressionnante, et leurs expérimentations font mouche. Le quatuor délivrent un math rock propre, implacable.

Iceage

Iceage est une déception. Le chanteur semble avoir profité des loges pour arriver fin saoul, et les musiciens du groupe font leur possible pour rattraper les errements bruitistes de leur leader. Dommage, surtout quand on joue devant un public exigeant comme peut l’être celui de Lévitation. Nous en profitons pour faire un tour dans la pièce des disquaires, et chinons un peu.

Frustration

Frustration ont joué sur une scène conquise à leur cause. L’énergie qui s’en dégage est contagieuse, et le public bouge de plus en plus. Leur Synth-Cold-Punk est efficace, et le groupe nous emporte dans une frénésie collective rapidement.

Fat White Family

L’alcool n’a toutefois pas fait défaut à Fat White Family, venus défendre leur dernier album. Arrivant sur scène avec une bouteille de jack bien entamée, ils entament leur show avec Feet, morceau grandiloquent et intense. C’est un réel plaisir de les voir jouer, à l’aise et beaucoup moins bordéliques que voici quelques temps. Le concert en est plaisant, peut être un poil trop lisse par rapport à leurs excès passés.

Psychotic Monks

Afin de terminer la soirée, nous nous dirigeons dans la salle T400 afin d’apprécier au mieux les Psychotic Monks malgré l’heure tardive et la fatigue qui s’accumule. Le quatuor sait nous réveiller. Les morceaux sont limpides, et si certains commencent de façon mélodique, ils se terminent le plus souvent dans un déluge rageur.

Fin de soirée, à recommencer !

Nous rentrons sereins, après avoir profité d’un jour dans un festival intelligent, où les choix des groupes présentés sont cohérents, apportant à l’évènement une image qualitative qui sait préserver un public exigeant.

Demain, direction la Cité des Ducs de Bretagne, pour profiter de Scopitone, festival dédié à la culture électronique,

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *