Les rockers de Melbourne plaident en faveur d’une royauté indépendante pure et simple

Les rockers de Melbourne plaident en faveur d’une royauté indépendante pure et simple

Noah Learmouth se penche par-dessus le bord de la scène du Yes Basement de Manchester, chaque membre tendu vers l'extérieur. « J'ai rien dit depuis 2010, mon coeur saigne, mon coeur explose pour toi», chante-t-il avec une friction viscérale. Il s'agit du tout premier concert du groupe de Melbourne Radio Free Alice au Royaume-Uni, et une performance étincelante et effervescente se transforme en chaos lors du récent single du groupe « 2010 », la foule rendant la pareille à l'énergie tendue émanant de la scène.

« Mon Dieu, c'était génial », dit Learmouth ZikNation Après le spectacle. « C’était la première fois que nous jouions à l’étranger, c’était détendu et un peu chaotique, c’était amusant. C'est surprenant qu'il y ait des gens ici qui nous connaissent, c'est tellement bizarre.

Il n'est pas surprenant d'entendre « 2010 », une carte de visite pour Radio Free Alice. Ses notes de guitare scintillantes et mélodiques et ses lignes de basse entraînantes plongent immédiatement les auditeurs dans l'étreinte chaleureuse des grands noms de l'indie des années 80, un lieu musical heureux où les cinq membres du groupe ont grandi. «Nous avons grandi avec ces groupes», explique Learmouth. « Nos principaux favoris sur lesquels nous revenons sont les premiers New Order, The Jam, The Housemartins. »

Comme ZikNation discute avec le groupe, il devient rapidement clair que ces passions sont profondes, Learmouth étant heureux de parler longuement de choses comme les faces B préférées des Smiths (« Half A Person », pour ceux qui se demandent). « Ce n'est pas une chose délibérée », ajoute le bassiste et saxophoniste Michael Phillips à propos de l'influence de cette époque sur le groupe. « C'est juste la musique que nous avons grandi en écoutant grâce à nos parents et c'est ce que nous aimons, et ça transparaît. »

« 2010 » fait partie du deuxième projet du groupe, qui devrait sortir cet été et enregistré pendant trois jours à Melbourne avec le producteur Nao Anzai (The Belair Lip Bombs, HighSchool). Il comprend le morceau enchanteur « Spain », une chanson spacieuse et rampante qui revendique le genre de menace rôdeuse qui évoque « Disintegration » de The Cure, avec la basse sournoise de Phillips occupant le devant de la scène avec une commande qui rendrait Simon Gallup fier.

Crédit : Presse

L'arme secrète de cette chanson, et l'une des caractéristiques distinctives du groupe, est son utilisation restreinte du saxophone de Phillips, ce qui permet au groupe d'explorer un domaine sonore souvent considéré comme hors-sol pour les groupes de rock indépendant. Phillips maîtrise cet instrument depuis une décennie et puise dans son amour pour Sonny Rollins, Stan Getz et João Gilberto.

Étant donné la fixation apparente de Radio Free Alice sur la musique de l'époque et les notes de guitare colorées de Jules Paradiso, ce serait un acte de foi de supposer que le groupe a été nommé en hommage au légendaire premier single de REM de 1981, « Radio Free Europe ». . En fait, ils n'ont découvert la chanson qu'après avoir décidé de prendre leur nom dans un magasin de disques du même nom à Sydney.

Sydney a été la maison d'enfance de Learmouth et Paradiso, qui ont commencé à jouer de la musique ensemble au lycée, à l'âge de 14 ans. Lorsqu'on les poussera, ils admettront que la première preuve enregistrée de leur collaboration musicale est une vidéo d'eux reprenant « Touch Me I » de Mudhoney. « Je suis malade » lors d'une assemblée scolaire. «C'est une montre très difficile», concède Learmouth. « Le directeur se bouchait les oreilles ».

Les deux ont déménagé à Melbourne après avoir obtenu leur diplôme, faisant appel à Phillips, au batteur Lochie Dowd et finalement au synthétiseur Maayan Barnatan. Ils se sont mis à se concentrer sur le son que nous entendons aujourd’hui et, se sentant déconnectés de leur foyer musical, ont commencé à jeter leur dévolu sur le monde au-delà de leurs frontières.

Cette première visite au Royaume-Uni, qui comprend également un spectacle au Shacklewell Arms de Londres et des dates au Great Escape Festival, entre autres, est ce qu'ils considèrent comme le début de quelque chose qui pourrait devenir permanent.

« En Australie, le plafond est bas en termes de nombre de personnes intéressées par le rock indépendant », explique Learmouth. « Il y a une limite au nombre de sites et au nombre de villes. Si vous réussissez en Australie, vous réussissez simplement en Australie, mais si vous réussissez au Royaume-Uni, cela va ensuite en Europe, et ensuite cela continue.

Ils expliquent qu'ils se sentent à distance des voix dominantes de la scène alternative de leur pays d'origine – Triple J et des groupes comme Spacey Jane et Ocean Alley. « Je ne pense pas que ce soit notre peuple, notre son », ajoute Learmouth. « J'en ai juste marre du surf rock, ce n'est pas pour nous. »

Ils tiennent à ajouter qu'ils considèrent Melbourne comme une ville musicale « vibrante » et « de classe mondiale », mais il ressort clairement de leur conversation et de l'urgence de la musique qu'ils créent déjà qu'ils se sentent prêts à en faire plus. « Nous sommes passionnés par l'Australie et nous ne voulons pas perdre notre public australien, mais nous ne voulons pas être un groupe 'australien', nous voulons être plus grands que cela », déclare Learmouth.

Avec la promesse d'un retour sur les côtes britanniques plus tard cet été et l'intention d'enregistrer leur premier album ici plus tard en 2024, il semble que le groupe se tourne vers leur domicile permanent. Si l'on en croit leur premier concert à Manchester, ils s'intégreront très bien.

Le deuxième projet de Radio Free Alice devrait sortir plus tard cet été

Véritable passionné de musique, Romain est un chroniqueur aguerri sur toute l'actualité musicale. Avec une oreille affûtée pour les tendances émergentes et un amour pour les mélodies captivantes, il explore l'univers des sons pour partager ses découvertes et ses analyses.
Participer à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *