« Je ne donne rien à mes enfants, ils doivent le faire eux-mêmes »

« Je ne donne rien à mes enfants, ils doivent le faire eux-mêmes »

Caleb Followill a partagé ses réflexions sur les « bébés nepo » – les enfants de parents prospères qui ont plus d'opportunités grâce au népotisme – et a déclaré qu'il ne « donnerait pas de la merde à mes enfants » pour les aider à faire avancer leur carrière.

Le leader des Kings Of Leon s'est exprimé sur le débat dans une nouvelle interview avec L'indépendantavant le nouvel album du groupe « Can We Please Have Fun ? ».

C'est ici que le leader – qui fait partie du groupe aux côtés de ses frères Nathan et Jared et de leur cousin Matthew – a parlé de l'inspiration derrière leur neuvième album, en particulier de la manière dont ils se sont tournés vers leur enfance pour créer les chansons.

«Je sais que chaque mère croit en son enfant, mais elle croyait en nous bien plus que vous ne devriez probablement croire en vos enfants», a-t-il déclaré à propos de sa mère Betty-Ann, décédée en 2021.

« Nous n'avions pas d'argent… Beaucoup de gens sont dans une situation bien pire que nous, mais nous nous sommes couchés le ventre vide et nous étions gênés par les vêtements que nous portions quand nous étions enfants. Mais pendant que tout cela se passait, notre mère disait toujours : « Vous savez que vous allez être vraiment spéciaux. Vous allez faire quelque chose de génial. Je ne sais pas si elle y croyait pleinement, mais je sais qu'elle allait nous le faire croire », a-t-il ajouté.

Il a également ajouté que la leçon la plus importante qu'il avait apprise de Betty-Ann était la suivante : « Il n'est pas nécessaire d'avoir tout pour tout obtenir. On peut commencer avec très peu et aller très loin si on travaille dur.

Lorsqu'on lui a demandé si ses propres enfants – qu'il a avec le mannequin américain Lily Aldridge – comprendraient la même leçon ou s'appuieraient sur le succès de leurs parents, il a répondu : « Des bébés Nepo ? Non, je ne donne rien à mes enfants. Ils doivent l’obtenir eux-mêmes.

  Caleb Followill de Kings of Leon se produit en direct sur scène pendant la deuxième journée de Lollapalooza Brazil à l'Autodromo de Interlagos le 23 mars 2024 à Sao Paulo, Brésil.
Caleb Followill de Kings of Leon se produit en direct sur scène pendant la deuxième journée de Lollapalooza Brazil à l'Autodromo de Interlagos le 23 mars 2024 à Sao Paulo, Brésil. (Photo de Buda Mendes/Getty Images)

Il a également confirmé que même si l'album ne parle pas nécessairement de sa mère, il a été inspiré par elle à bien des égards, car les membres « voulaient vraiment faire un album dont elle serait fière. Et (nous pensions) à elle à chaque étape du chemin ».

« Pouvons-nous s'il vous plaît nous amuser ? a marqué le neuvième album studio complet de Kings Of Leon et la suite de « When You See Yourself » de 2021.

Il est arrivé vendredi 10 mai et a été décrit par ZikNation comme voir le groupe faire une forte tentative de retour à ses racines.

« De nombreux fans se demanderont si c'est finalement le disque où KOL revient aux racines sales du rock'n'roll dont nous sommes tombés amoureux en premier lieu ? Eh bien, oui et non. Le single de retour époustouflant « Mustang » ramène Caleb à son vieux moi hurlant et criard alors qu'il chante : «Oh, il y a une Mustang dans la ville et elle m'interpelle,' sur des riffs de guitare entraînants », lit-on dans la critique trois étoiles.

« C'est de loin le disque le plus prometteur et le plus libéré de KOL depuis plus d'une décennie, mais il reste étonnamment contenu par endroits. Peuvent-ils s'amuser ? Oui, semble-t-il, par endroits, mais ils auraient pu en avoir bien plus.

Le leader s'est également entretenu avec ZikNation avant la sortie, et a rappelé ce qu'il cherchait à réaliser avec le LP.

  Caleb Followill de Kings of Leon se produit en direct sur scène pendant la deuxième journée de Lollapalooza Brazil à l'Autodromo de Interlagos le 23 mars 2024 à Sao Paulo, Brésil.
Caleb Followill de Kings of Leon se produit en direct sur scène pendant la deuxième journée de Lollapalooza Brazil à l'Autodromo de Interlagos le 23 mars 2024 à Sao Paulo, Brésil. (Photo de Buda Mendes/Getty Images)

« Avec ce disque, je me suis dit : 'Très bien, mon grand, il est temps d'être auteur-compositeur… Je voulais que les gens ressentent la passion qui a été impliquée dans (cet album) et le travail honnête et acharné des cols bleus », a-t-il déclaré.

« Nous vivons à Music City, où l'homme à côté de vous dans l'épicerie pourrait porter une salopette et vous n'imaginez pas qu'il a écrit la plus grande chanson country de l'histoire. »

Quant au débat autour des « bébés nepo », le débat a pris de l’ampleur ces dernières années, avec de nombreuses personnalités célèbres qui ont donné leur avis sur le terme.

Plus tôt ce mois-ci, Lily Allen a affirmé que le terme était « sexiste » et utilisé bien plus pour les femmes que pour les hommes, tout comme l'actrice Lily-Rose Depp – fille de Johnny Depp et de la chanteuse française Vanessa Paradis – qui a déclaré qu'il n'était utilisé que contre femmes.

Des sentiments similaires ont été exprimés par Gwyneth Paltrow – qui a décrit l'année dernière le terme comme un « surnom laid » tout en soutenant la carrière de sa fille en tant que mannequin Chanel – ainsi que par Anaïs, la fille de Noel Gallagher, qui travaille comme photographe et mannequin, et Lenny Kravitz. et la fille de Lisa Bonet, Zoë Kravitz, qui a joué dans Le Batman, Haute fidélité et plus.

Ces derniers mois, le débat a repris de plus belle, avec Nouvelle fille La star Zooey Deschanel insiste sur le fait qu'elle est la fille du directeur de la photographie Caleb Deschanel, six fois nominé aux Oscars (Le Roi Lion, La Passion du Christ, Le Parrain et Titanic) ne lui a pas permis de percer plus facilement dans le secteur.

De même, Willow Smith – chanteuse, compositrice et fille de Will Smith et Jada Pinkett-Smith – a révélé qu'elle ressentait un sentiment « d'insécurité » lorsqu'il s'agissait d'être un « bébé népo » avant la sortie de son nouvel album « Empathogen ». .

Véritable passionné de musique, Romain est un chroniqueur aguerri sur toute l'actualité musicale. Avec une oreille affûtée pour les tendances émergentes et un amour pour les mélodies captivantes, il explore l'univers des sons pour partager ses découvertes et ses analyses.
Participer à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *