« C'est une énergie de grosse bite »

« C'est une énergie de grosse bite »

Peu de gens ont expérimenté la trajectoire astronomique de Marie Ulven. Lorsqu'elle a sorti son premier single « I Wanna Be Your Girlfriend » en 2018 sous le nom de Girl In Red, les gens sont immédiatement tombés amoureux de son charmant son lo-fi et de ses mélodies collantes. Au moment où elle a enchaîné avec « girls » et « summer dépression », sortant son premier EP « Chapter 1 » la même année, Girl In Red est devenue l'un des noms les plus excitants à connaître dans la pop de chambre.

C'était bien plus que de la musique : les odes décontractées et sincères d'Ulven aux femmes ont fait d'elle une véritable « icône queer ». Soudain, la question « aimez-vous Girl In Red ? » cela signifiait plus que simplement savoir qui est cool en musique ; c'est devenu un argot pour les jeunes homosexuels de se demander s'ils étaient lesbiennes.

Régulièrement, Ulven a continué à sortir de la musique et a finalement sorti son premier album très attendu « If I Could Make It All Go Quiet » en 2021. Détaillant ses luttes contre le TOC et l'anxiété, il a également continué à explorer son voyage avec amour, le tout enveloppé. dans sa signature affrontant le lyrisme.

Trois ans se sont écoulés depuis cette période mouvementée et beaucoup de choses ont changé. Ulven a quitté sa petite ville natale de Horten pour s'installer à Oslo et a d'abord été aux prises avec des sentiments d'isolement et de solitude. Mais maintenant, elle est de retour et meilleure que jamais, et elle est prête à le montrer au monde avec son deuxième album « I'm Doing It Again Baby ! ».

Ce nouvel album est grandiloquent et audacieux, et il regorge de joyaux qui racontent le voyage qu'Ulven a entrepris vers sa nouvelle estime de soi (et elle vous le dira dans son titre exubérant). Musicalement, c'est incroyablement imaginatif – il vous emmène à travers la pop, le rock et la country – tout en conservant l'esprit et le style d'écriture franc d'Ulven.

Elle est tout aussi ouverte avec ZikNation alors qu'elle s'assoit avec nous pour notre dernière série In Conversation. Ici, elle nous explique comment retrouver sa confiance retrouvée, un cadeau spécial qu'elle a reçu de Taylor Swift et les pressions liées au fait d'être défendue comme une icône queer.

ZikNation : Sur « Doing It Again Baby ! », il y a toute cette répartition par pays. Pourquoi un pays ?

Fille en rouge: « Juste parce que c'est amusant ! J'ai l'impression que sur cet album, je veux juste m'amuser et je veux juste faire des choses parce qu'elles sont amusantes. Et aussi sur le plan sonore, je me disais : c'est putain de cool. C'est putain de malade. Je me fie principalement à mon intuition. Je ne sais pas lire les partitions ou les notes, je ne connais rien musicalement à part ce que je ressens.

« C'est tellement drôle avec ce putain de banjo qui arrive. Et puis la première phrase est : « J'adore cette nouvelle estime de soi ». C'est juste une énergie de grosse bite. Je baise juste avec ça. Et aussi, Beyoncé vient de faire une chanson country, donc c'est contemporain.

Je pensais vraiment qu'en écoutant la chanson, on aurait dit un cow-boy s'éloignant face au vent.

« Droite? Je veux dire, c'est ce que c'est. C'est une question de plaisir. Même pendant le dernier refrain de cette chanson, nous avons échantillonné un tas de feux d'artifice pour être le grand moment. C'est tellement ringard et tellement amusant. Je pense que s’amuser est l’une des choses les plus intelligentes que l’on puisse faire. Pendant très longtemps, j'ai méprisé le plaisir parce que je me disais que ce n'était pas intelligent. Mais le meilleur dans la vie, c’est de s’amuser.

Y a-t-il quelque chose qui vous a poussé à vous amuser un peu plus et à vous lâcher un peu ?

« Lorsque j’ai quitté ma ville natale en 2018 pour Oslo, c’était une ville plus grande. J'ai été très seul pendant très longtemps. Le catalyseur pour une grande partie de cela était simplement de me permettre de connaître les gens. Au lieu de dire « au revoir, je ne te reverrai plus jamais », je me suis dit : « nous nous entendons si bien, soyons amis ». J’ai commencé à dire oui à ma vie, et tout s’est passé juste après la sortie du premier album.

« De plus, je ne suis pas très célèbre, mais dans une certaine mesure, j'ai un peu de renommée. Cela peut très vite vous monter à la tête. Pendant un moment, j'étais un peu haut sur moi-même : je me disais que ces gens ne sont pas vraiment intéressés à être mes amis. J'ai aussi réalisé que c'était vraiment stupide. Si l’ambiance est mauvaise, je ne sortirai pas avec eux. Mais en arrivant de manière préventive à chaque réunion, chaque personne pensant qu'elle vous trouve cool est aussi très gênante, alors j'ai simplement arrêté de faire ça. Je suis devenue une personne plus ouverte et je suis devenue plus humble, plus détendue et plus discrète.

Quel impact le fait de vivre en Norvège a-t-il sur votre compréhension de la célébrité ?

« C'est intéressant parce qu'en Norvège, les gens ne viennent pas vraiment vers vous. Ils vous regardent. Je peux certainement dire quand quelqu'un me reconnaît. De plus, la Norvège est un très petit pays, il n'est donc pas très difficile d'y faire la une des journaux. D'une certaine manière, c'est un endroit très discret pour être célèbre. Disons que si cet album marchait vraiment bien, croisons les doigts, et qu'il m'amenait à un autre niveau de renommée, je pense toujours que je ne remarquerais pas la différence en Norvège. C'est un joyau caché et assez abrité.

Vous avez un TikTok qui nous montre l’appartement et j’ai remarqué que vous aviez un tableau –

– « Deux tableaux. »

Deux tableaux de quelqu'un portant le prénom Taylor. Nom de famille Swift ?

« Correct! »

Dis nous à propos de cela.

«C'était juste après la sortie de mon premier album et elle a republié mon album, et je me suis dit, qu'est-ce que c'est ? C'est dingue! Je lui ai envoyé mon album en guise de remerciement, et elle m'a envoyé un e-mail en me disant : « oh mon Dieu, tu m'as envoyé ton album. J'étais sur le point de le commander, c'est très gentil de votre part. Puis elle m'a dit : je veux t'envoyer quelque chose.

« Elle m'a envoyé des tableaux et ses vinyles, que j'avais déjà, mais c'est juste un joyau et c'est une très belle personne. Alors elle a fait ces peintures et je les ai fait encadrer et je les ai accrochées parce que ce sont ses petites fleurs et mes paroles là-dessus. C'est une petite chose très mignonne.

Sabrina Carpenter sera votre tout premier long-métrage invité. Pourquoi avez-vous choisi Sabrina et pourquoi l'avez-vous choisie spécifiquement pour la chanson sur laquelle elle joue ?

« Alors, quand je faisais cette chanson, j'ai fait la dernière partie moi-même et ce n'était tout simplement pas bien. J'ai fait toute cette intro où je me suis présenté, mais j'avais vraiment l'impression que sur le plan créatif et sonore, j'avais besoin d'une autre voix ici.

«J'admire vraiment la voix de Sabrina. J'admire vraiment son talent artistique. J'ai l'impression qu'elle améliore également son travail et qu'elle trouve vraiment sa voix. Alors oui, j'avais l'impression que c'était cool. C’est également inattendu, car nous opérons dans deux domaines différents. Je suis peut-être un peu plus indie, et elle est un peu plus pop – (une) chérie américaine, peut-être. Mais je pense aussi que sa voix dans une production comme celle-là est tellement dingue. J'espère vraiment qu'elle fera quelque chose d'un peu plus comme ça.

« Mais oui, c'était surtout parce que c'était audacieux, amusant, cool et une petite surprise parce que je ne pense pas que quiconque s'attendait vraiment à quelque chose comme ça. »

Sur votre premier album, vous étiez présenté comme cette icône queer. En y repensant maintenant, qu'avez-vous ressenti d'être placé sur un piédestal si haut à un si jeune âge ?

« Je pense qu'à l'époque, je me disais : « C'est beaucoup ». Mais maintenant, je me dis que c'est vraiment un tel honneur de pouvoir avoir un impact sur la vie des jeunes ou sur celle des personnes âgées. Honnêtement, je ne connais pas l'âge précis, mais je pense honnêtement que c'est un tel honneur.

« Évidemment, ça peut me faire un peu flipper. Cela peut être un peu intimidant parce que les gens sont très pointilleux sur tout ce qui pourrait blesser leurs sentiments et tout. Donc je suis aussi un peu nerveux. Mais vous savez, je choisis de penser que je suis une personne bien. Je pense simplement que c'est un honneur de pouvoir avoir un impact sur la vie des gens à travers la musique et les performances live, c'est une opportunité unique dans une vie de pouvoir faire ce que j'aime le plus. Et si les gens m’admirent de cette façon, alors c’est génial.

« Mais prenez aussi tout ce que vous voyez dans le monde avec des pincettes. C'est mon petit conseil de votre Queer Icon In Red ! »

« Je le fais encore bébé! » de Girl In Red est sorti maintenant

Véritable passionné de musique, Romain est un chroniqueur aguerri sur toute l'actualité musicale. Avec une oreille affûtée pour les tendances émergentes et un amour pour les mélodies captivantes, il explore l'univers des sons pour partager ses découvertes et ses analyses.
Participer à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *