Bring Me The Horizon – Critique de « Post Human: Nex Gen »: grandiloquente et brillante

Bring Me The Horizon – Critique de « Post Human: Nex Gen »: grandiloquente et brillante

Que reste-t-il encore à réaliser pour Bring Me The Horizon ? Deux albums numéro un à leur actif. Leur premier BRIT Award est arrivé plus tôt cette année. Ils ont titré Reading & Leeds, Download et ont continuellement vendu des visites d'arènes à guichets fermés. Et si on brisait Internet ? Les réseaux sociaux ont été plongés dans une frénésie lorsque BMTH a confirmé, avec un préavis de douze heures, que leur nouvel album tant attendu – et c'est généreux – serait enfin parmi nous, volant une part importante du tonnerre du jour de sortie de Twenty One Pilots dans le monde. processus.

Initialement promis pour une sortie fin 2020, finalement confirmé pour septembre 2023 puis retardé dans le vide pendant ce qui semblait être des éternités, « Post Human : Nex Gen » est le deuxième opus de leur série futuriste « Post Human », faisant suite au cyber-film de 2020. -le géant punk 'Survival Horror'.

Avec cela vient le poids de leur premier projet depuis le départ soudain du producteur-slash-claviériste Jordan Fish en décembre dernier. Considéré comme le personnage qui a contribué à encourager leur évolution d'adolescents maigres du deathcore à des titans du pop-metal, cet album s'accompagne d'une légère dérive d'incertitude (bien qu'il ait des crédits d'écriture sur sept des 16 titres). Leur projet le plus laborieux à ce jour – où les tensions ont vraisemblablement atteint leur point d'ébullition après le départ de Fish – avait fait attendre patiemment les fans pendant une éternité ; un niveau d'anticipation qui a éclipsé n'importe laquelle de leurs versions précédentes. Oli Sykes et co. à la hauteur de la tâche ?

D'une durée d'un peu plus de 55 minutes, cette œuvre charnue est remarquable de haut en bas, laissant son énergie frénétique occuper le devant de la scène. Parfois, c'est le chaos, mais néanmoins structurellement solide d'une manière que seul Bring Me peut exécuter. C'est presque comme s'ils avaient mis en bouteille l'approche désarticulée du LP cinq étoiles 'amo' de 2019, mais l'avaient rempli de stéroïdes cette fois-ci.

En commençant bien les choses avec « Youtopia », BMTH nous a apporté ce qui est certes une rare dose de bonheur. Idéalisant le paradis à travers une sorte de chanson d'amour, Sykes garde ses rêves ancrés dès le départ : « Il y a un endroit où je veux t'emmener / Mais je n'y suis pas encore moi-même »admet-il, sur un riff glorieux mais trouble qui rappelle le tube de Deftones de 1998 « Be Quiet And Drive (Far Away) ».

Donnant le ton lyrique de l'album, « Post Human : Nex Gen » est bien plus introspectif que le « lockdown metal » qui traverse son prédécesseur. Essentiellement ses propres mémoires d'auto-assistance, Sykes s'attaque à la dépendance, au doute de soi et se rend à la thérapie tout au long de l'album, livré à travers la lentille « future emo » qu'il a promise. « Personne ne va me sauver dans le coma / Je me noie dans mon sommeil »s'écrie-t-il sur 'Top 10 Statues That Cried Blood', tandis que 'Darkside' est tout aussi austère : «Six pieds dans la terre, je respire toujours / Je m'en fous si mon cœur s'arrête de battre.

Peut-être que c'est le moment le plus proche où il a retrouvé le crochet de stade de « Drown » de 2014, le futur emo sonne plus vrai que jamais sur « Top 10 Statues… ». Complet avec des sons glitch et des intermèdes math-rock, le pont passe à la vitesse de la lumière. Le numéro post-hardcore boueux 'Limousine' rend une fois de plus hommage à Deftones et accueille l'innovateur pop norvégien AURORA – pas Billie Eilish, qui était un faux-fuyant – pour prêter sa voix mystérieuse au deuxième couplet maussade. « J'espère que tu as écrit toutes tes chansons pour moi », Sykes gémit, insistant peut-être sur ces fans de metal gardiens qui continuent de reculer face aux éléments plus pop. Ils seraient cependant heureux d’entendre des bruits perçants de type Slipknot pour clôturer cette chanson.

Sykes nous emmène en thérapie sur la coupe dépouillée 'N/A' («Je m'appelle Oli et je suis accro »)qui présente des chants de gangs enregistrés en direct lors de leur tournée des arènes en janvier – des milliers de personnes criaient « Bonjour Oli, putain de connard. » Cherchant un moyen de sortir de l'ornière, il admet « Mon ego n'est pas mon amigo » sur 'Lost' : conscient de lui-même et honnête au cœur des émotions.

Jonché d'extraits et d'échantillons, le meilleur de l'album rejoint l'hymne emo-core impertinent « RIP (Duskcore Remix) » et « Amen ! », introduisant un éloge funèbre de Sykes – qui continue de condamner de manière hilarante son cher ami à pourrir en enfer : «Suce une bite, hérétique ! Les choses ne font que devenir plus étranges. « Puss-e », apparemment un numéro de transition, descend brusquement dans une jungle dense.

Les paroles classiques de BMTH sur les tombes, le fait d'être six pieds sous terre et de pousser des marguerites sont toutes éclipsées par la première ligne obsédante de l'album plus proche, « Dig It » : «La vie est une tombe / Et je la creuse. Poussant jusqu'à sa conclusion un album haletant, la chanson se termine sur un quadruple tour franchement ridicule : une panne gutturale, un piano, une minute de silence et l'introduction momentanée d'un nouveau personnage d'IA, 'M8' – qui est ensuite brusquement coupé. La fin.

Peu de groupes de rock moderne ont réalisé un album aussi bombardant de sons et de couleurs. Après Jordan Fish, ils continuent d'être ce qu'ils ont toujours été : une force créatrice qui transcende la personnalité de ses individus. Cela justifie pleinement l’attente de quatre ans, qui ressemble déjà à de l’histoire ancienne. Attachez votre ceinture – parce que c'est toujours Le monde de BMTH, et nous y vivrons encore un certain temps.

Détails

  • Date de sortie: 24 mai 2024
  • Maison de disque: Sony

Véritable passionné de musique, Romain est un chroniqueur aguerri sur toute l'actualité musicale. Avec une oreille affûtée pour les tendances émergentes et un amour pour les mélodies captivantes, il explore l'univers des sons pour partager ses découvertes et ses analyses.

Participer à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *