Big Fox – Big Fox

Big Fox – Big Fox

Big-Fox-albumomslag_905-450x450

Veloutée ! Voilà sans doute le meilleur terme pour désigner la musique de Big Fox. Il y en aurait bien sûr tellement d’autres tels que calme, apaisante, charnelle, torturée tout en étant rassurante ou encore charmeuse et susurrante. Avec ce premier album éponyme, Big Fox la suédoise nous emmène en voyage vers le Grand Nord, au travers d’un impressionnant assemblage vocal et musical, véritable appel à la rêverie.

Sa voix est à mi-chemin entre celles de Cat Power, Feist, Birdy ou encore Lana Del Rey. Si Big Fox n’a pas encore suscité l’engouement médiatique de ses illustres consœurs, elle prouve qu’elle en a aisément le potentiel. Car, son aura est tout aussi prometteuse. Une aura qu’elle distille, par exemple, sur Boring Ones, un joli titre langoureux bien rythmé par un léger violon scandinave et un xylophone tout aussi discret. La chanteuse sait aussi se faire plus sautillante, notamment sur le très sifflotant Cut You Outau refrain imparable. Sautillante, elle l’est encore un peu plus sur le très enjoué Grow Up, dont les chœurs rappellent (pour les plus tordus d’entre nous) les parades féériques de certains films de Disney. Mais Big Fox ne tarde pas à laisser éclater sa mélancolie, même si celle-ci est très bien contenue, pour ne pas devenir déprimante. Les titres Why, Oh Why, Dear Thérapist ou l’excellent Tired parlent d’eux-mêmes. Une agréable intensité des violons accompagne, cette fois, les lignes de ces cahiers de doléances. Les notes d’un piano complice des plus délicats (dont elle joue elle-même et de la plus efficace des manières) se sont également glissées tout au long des titres. Mais, c’est sans doute sur Tired que ces notes prennent le plus aux trippes. Et quant le moment fatidique de la dernière seconde de la dernière chanson Too late est arrivé, notre oreille se dit qu’elle en aurait bien voulu encore d’avantage.

Mme Big Fox (Charlotta Perers de son vrai nom) nous offre donc un album à la fraîcheur arc-en-ciel. Après la pluie d’un titre, le beau temps d’un autre. Et vice et versa. Chaque mesure est soignée, ce qui facilite le mariage avec cette voix raffinée. Comme dans du coton, l’on écoute, sans la moindre retenue, cet opus propice à la confection d’un petit nid douillet. Un opus d’une très bonne facture, surtout lorsqu’on sait que celui-ci a été écrit et enregistré dans le salon de la chanteuse. Une chanteuse hors-pair sur laquelle il faudra, sans l’ombre d’un soupçon de doute, désormais compter.

1 commentaire
Participer à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *