Beth Gibbons – Critique de « Lives Outgrown »: l'arc solo passionnant du chanteur de Portishead

Beth Gibbons – Critique de « Lives Outgrown »: l'arc solo passionnant du chanteur de Portishead

Le problème avec le temps, c’est qu’il ne se soucie pas des constantes de nos vies : elles finiront par disparaître une à une, comme tout le reste. Il est fascinant d'entendre Beth Gibbons travailler sur la sombre certitude de cette idée sur son premier disque solo, notamment à cause des frictions que cela crée avec son propre passé musical en tant que chanteuse avec Portishead.

Au fur et à mesure que le groupe de Bristol évoluait, passant du trip-hop aux sons trouvés de Dummy à leur chef-d'œuvre désorientant et abrasif « Third », elle est restée leur point d'ancrage émotionnel et stylistique, offrant une présence introspective et des mélodies qui semblaient exister en dehors des modes. et des tendances, comme si elles avaient été extraites de la terre.

Sur « Lives Outgrown », Gibbons utilise cette histoire à son avantage. Elle met astucieusement au premier plan la gravité de sa voix battue par les intempéries, sa familiarité nous serrant fort de sorte que, en parallèle, elle puisse saper ce sentiment de sécurité en soulignant continuellement les grains de sable tombant dans la mauvaise moitié du sablier.

En tandem avec les producteurs James Ford et Lee Harris, qui ont également joué de la batterie sur « Out of Season », son album collaboratif de 2002 avec son ancien membre du groupe Talk Talk, Rustin Man, Gibbons troque l'électronique lourde de Portishead contre une palette acoustique à la texture aventureuse et agréablement étrange. Elle s'adapte aux violons crépusculaires, aux percussions accidentelles et aux rythmes saccadés, à la Björk, tirant sur les fils folkloriques traditionnels tout en jouant avec les cordes de Raven Bush, qui sont tour à tour orchestrales dans leur balayage et conçues pour évoquer le grincement solitaire des portes qui aurait peut-être dû est resté fermé.

Tout au long, Gibbons et ses collaborateurs entretiennent un sentiment de malaise aigu qui, une fois percé, permet de fabuleuses explosions mélodiques. « Reaching Out » ressemble d'abord à un ivrogne sur des pavés lisses, ses tambours bougent et glissent, avant de se regrouper en quelque chose de presque festif, tandis que les crochets en spirale de « Beyond the Sun » parviennent tout juste à garder à distance la dissonance fondamentale du morceau.

Ces volte-faces compositionnelles correspondent à des paroles qui passent de lourdes à plus lourdes alors que Gibbons réfléchit au chagrin et à la mortalité à l'âge mûr. «Tout cela ne mène nulle part» elle chante pendant le somptueux « Floating on a Moment ». « Tout va bien, ne vous y trompez pas. » Elle ne propose pas de solution facile, mais nous laisse plutôt nous demander combien de cale de pat carpe diem nous pouvons encore supporter. Ce faisant, elle subvertit les racines de son propre héritage avec de nouvelles œuvres vitales qui existent dans le présent parce qu'elles le doivent.

Détails

  • Date de sortie: 17 mai 2024
  • Maison de disque: Domino
Véritable passionné de musique, Romain est un chroniqueur aguerri sur toute l'actualité musicale. Avec une oreille affûtée pour les tendances émergentes et un amour pour les mélodies captivantes, il explore l'univers des sons pour partager ses découvertes et ses analyses.
Participer à la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *