Zenzile @ La Maroquinerie

Zenzile @ La Maroquinerie

Ce samedi commençait la tournée « Dub Unlimited » de Zenzile, marquant le retour du groupe à ses premiers amours : le Dub… enfin, le dub à la Zenzile !
C’était l’occasion de retrouver un de ces « groupes de mes 20 ans », un de ceux qui a continué sans relâche à explorer de nouveaux horizons, sans s’endormir sur ses lauriers. La dernière fois que je les ai vus, c’était en 2012 au Telerama Dub Festival pour la sortie de l’excellent Electric Soul. Entre temps le groupe a sorti quelques albums post-rock (dont le très bon Elements l’année dernière), avant de reboucler sur ses premiers amours. Bref, il était grand temps d’aller voir ce que tout ça donne sur scène.

Premier constat, la salle est comble et le public hétéroclite. Le groupe semble avoir réussi à convertir de nouveaux fans tout au long de sa carrière et de ses orientations musicales. La tranche d’âge va de 18 à 50 ans ! On voit même quelques « anciens » raconter leurs premiers concerts de Zenzile à quelques « petits jeunes ».

21h, le groupe arrive sur scène, tout sourire, et entame le show par une triplette de nouveaux morceaux, dont Pearl, premier extrait d’un maxi à sortir à l’automne. On retrouve avec plaisir Jamika et Jay Ree au chant pour interpréter ce poème écrit par la première.
Puis on fait un bon de 15 ans en arrière avec Antibass Neighbourhood, issue de Totem. Les premières notes du riff de saxo en intro vont réveiller en quelques instants les « anciens » qui étaient un peu rouillés. Après ça on plonge dans la discographie du groupe, essentiellement de Totem, Sachem In Salem et Electric Soul, entrecoupés de quelques nouvelles compositions.
Mais il n’y a pas que les anciens du public qui avaient besoin de se chauffer. Jamika au chant va monter en intensité tout au long de la soirée pour exploser sur les rappels. Rappels particulièrement généreux, avec Smell of Roses, Presence (tiré de Elements pour la peine), Yuri’s Porthole, puis pour le second rappel un Over / Time et un Pumpin‘ particulièrement électriques, avec une Jamika hypnotique.

Le tout se finit après 2h de show parfaitement dosé entre morceaux instrumentaux et MCs, anciens et nouveaux morceaux, et des compositions retravaillées aux petits oignons pour la scène. On sent que les 20 (et quelques) années de tournée ont permis de maitriser l’art de la setlist parfaite. Le plaisir sur scène est palpable et communicatif !
Le groupe sera sur la route les prochains temps, vous pouvez y aller les yeux fermés ! Voici d’ailleurs les premières dates annoncées :

24.05.18 La Lune des Pirates, Amiens (80)
26.05.18 Centre Culturel René d’Anjou, Baugé en Anjou (49)
01.06.18 Festival L’Paille à Sons, Chartres (28)
16.06.18 Festival Berry Lait, Châteauroux (36)
06.07.18 Festival La Tawa, Planfoy (42)
18.07.18 Festival Estival, Trélazé (49)
26.08.18 Festival Couvre Feu, Frossay (44)


Voyageur-geek-photographe et fan de bon son !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *