Soirée Custom au Nouveau Casino

Entre Rock indie, riffs de guitares effrénés et mélodies pop, la soirée Custom de jeudi dernier a présenté sur la scène du , trois groupes pour le moins prometteurs : , et .


3972089184_511a01bb3b

Telegraphs

Pour un groupe venu d’outre-manche, leurs influences rocks se trouvent plutôt outre-Atlantique. A peine arrivé sur scène, Telegraphs balance un rock incisif et diffuse au public (encore peu nombreux en début de soirée, c’est dommage) toute l’énergie de leurs morceaux comme de véritables décharges électriques. Sur scène ça envoie, à l’image de leur album « We are Ghosts », réellement une bombe auditive. Encore peu aguerri à la scène française, la bassiste Hattie s’étonnera de voir le public du Nouveau Casino aussi calme et l’incitera même à participer en tapant dans ses mains. C’est vrai qu’il manquait d’un peu d’ambiance car c’est réellement une musique qui donne envie de sauter partout.

www.myspace.com/telegraphs


3971461719_974e0851d5

Are We Brothers

Véritable bombe Ska puisant dans des influences allant des Clash aux Beatles, Are we Brothers, c’est pour moi la très bonne surprise de la soirée. Il est difficile de résister aux charmes à ces quatre danois, à leur enthousiasme et leurs mélodies entraînantes. Le public du Nouveau Casino ne s’y est pas trompé, ça balançait et ça se déhanchait. Je vous encourage vivement à découvrir leur single, disponible sur itunes « Come Around ».

www.myspace.com/arewebrothers


The Boxer Rebellion

Au mois de mai dernier, je vous parlais déjà de ce groupe que j’avais découvert au Point Ephémère. J’étais alors surprise par ce quatuor londonien au rock poétique et épique. Jeudi soir, ils ont été accueillis par un public parisien captivé. Sur scène « The Boxer Rebellion » (traduisez, La révolte du boxeur) explose et irradie. Quand on connaît un peu l’histoire de ce groupe, ce nom là semble être prédestiné. Orphelin de maison de disque, le groupe planche plus de 2 ans pour enfin auto-produire leur dernier l’album « Union ». Un véritable bijou. Servi par la voix aérienne de Nathan Nicholson et les riffs de guitare enflammés de Todd Howe, ce groupe distille un rock mélodieux et obscur à l’image de morceaux comme « Flashing Red Light Means Go» ou « Forces » (mon préféré). Des envolées mélodiques a vous donner le vertige et The Boxer Rebellion a captivé le public le temps d’une soirée. Dans une ambiance électrique, le groupe « tête d’affiche » de cette soirée a convaincu le public de la Custom à l’image du rappel de la fin de concert qui semblait presque surprendre les musiciens eux -mêmes. Souhaitons leur de conquérir le public français aussi brillamment qu’ils l’ont fait auprès du public britannique, nord américain, allemand ou encore australien.

www.myspace.com/theboxerrebellion


3971461635_9303101758

© Credits photos Marilyne Maigrat