Patrick Watson @ Le Café de la Danse

Patrick Watson @ Le Café de la Danse

Une chaleur oppressante, un public fébrile. Oui, on est bien au à attendre une grosse affiche. Ce soir, on a rendez-vous avec un québécois qu’on aime beaucoup. Son nom ? . Son style ? Super magicien du son.

Venu pour présenter son nouvel (et fabuleux) album, Love Songs For Robots, Patrick arrive sur scène, accompagné de sa belle petite bande. Jean, t-shirt, le ton est donné. Ce soir, c’est live entre potes. C’est donc en toute détente que les trublions entament le premier morceau éponyme. Il n’en faut pas plus pour nous embarquer dans le merveilleux monde de mister Watson. Avec sa voix envolée, ces arrangements aériens, le québécois nous livre avec une facilité déconcertante les secrets de son nouvel album. Pendant plus d’une heure et demi, ce ne sera plus qu’enchantement, délices sonores et plaisirs visuels grâce aux loupiottes enfumées placées de part et d’autre de la belle scène parisienne. L’instant de grâce ? Le silence religieux du public quand Patrick entame le doux intermède « In Circles » avec ce piano tout en finesse. On en a encore des frissons.

Patrick Watson @ Café de la Danse

Si la salle était dès le départ acquise à la cause du groupe canadien, les quelques sceptiques (s’il y en avait) ont définitivement été envoûtés avec la version acoustique et dans la foule du titre phare de son précédent album, « Into Giants ». Des chœurs à l’unisson (et relativement justes), des musiciens le sourire jusqu’aux oreilles, c’est ce qu’on appelle un beau moment de musique. Tout simplement.

Et vous croyez qu’ils vont en rester là les petits ? Que nenni ! Patrick nous achève définitivement avec une sublime version de « The Great Escape ». On a encore du mal à s’en remettre.

 

Cet article vous était proposé en spécial feat. avec Sarah Etheve au texte et moi-même à l’image.

 


Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *