Micky [email protected] cigale-6/04/2010

Mardi soir, la lumineuse chanteuse australienne, a enchanté le public parisien lors d’un concert unique à . C’est avec beaucoup de fraîcheur et de simplicité, qu’elle a présenté son nouvel opus «  » à son public.

Jeune retraitée du mannequinat (à 26 ans à peine !), elle a posé ses valises à Paris depuis 2003. Pas étonnant donc que le public français l’ait adopté. Après le tonitruant succès de son premier album « », coloré pop, elle revient avec un opus plus sophistiqué et énergique « Honky Tonk ».

Sur scène, la plantureuse chanteuse apparaît, vêtue d’une robe en strass rouge. Sa voix sensuelle, ses formes généreuses et son brushing façon 70’s (Drôles de dames) lui confèrent un véritable look de femme fatale : entre Marilyn et Rita Hayworth.
Les premiers morceaux sont maîtrisés et presque trop contenus, « T.L », « The Game » s’enchaînent, le public rentre peu à peu dans ses nouvelles compositions.

Rapidement, je ja sens rieuse, elle s’amuse, elle pose. On sent qu’elle se joue d’elle, qu’elle joue avec les instruments sans surjouer. Multi-instrumentaliste, elle passe de la basse, au clavier et s’offre même tout un morceau à la batterie. Elle qui avoue timidement avoir débuté par cet instrument au lycée dans une formation jazz, n’a pas perdu la main. En plein concert, alors que personne ne s’y attend, elle s’échappe de scène laissant quelques instants ses musiciens (batterie, guitare/basse, percussions/trombone, synthé), occuper le devant de la scène. Dans un temps record, elle passe à une robe plus extravagante que la première, qu’elle accessoirise d’un couvre-chef tout aussi original (une sorte de grosse pelote de laine blanche).

Crédits Photos : beorn

Ce changement de tenue, change aussi sa façon d’aborder le concert. Plus légère, plus libre aussi dans son interprétation, elle se lâche. Les premières mesures de « Oh !» retentissent dans la salle, le public chante, danse et adhère complètement. Moi aussi. Sur « Scaredy cat », morceau époustouflant sur scène issu de son deuxième album, Micky green et ses musiciens se régalent. Durant ce concert, la jolie australienne nous gratifiera même de deux « covers » de taille : «The Lovefool » des Cardigans et « Close to me » des Cure. La belle a du goût et elle a su démontrer que les podiums étaient bien loins et que sa carrière musicale ne faisait que débuter.

www.mickygreen.com/

www.myspace.com/mickygreenmusic


One comment

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *