Michael Wookey sur Subjective

 

est de ces individus au langage simple et au regard droit, dont les profondeurs paraissent inaccessibles. Aucune réponse n’est à attendre, il n’y a même pas de mystère, aucun artifice de ce genre. Michael a plusieurs plaies béantes par lesquelles s’écoulent des chansons d’amour et de haine.

Ce sont des mélodies enveloppantes et classiques sous masque de cochon, donc forcément il y a un truc qui coince. Le premier contact avec l’univers de Michael, c’était ce clown-enfant sur la pochette du deuxième album. Depuis toujours, et de façon aggravée depuis Stephen King, les clowns rendent les gamins malades de trouille, et les adultes ne sont pas forcément indemnes.

Derrière son microphone, derrière son mégaphone, derrière son masque, derrière sa barbe… il se cache mais ne parle que de lui. Sa musique folk-baroque oscille entre le conte et le drame à la limite de la mélancolie mais toujours rattrapée par l’humour grinçant de ses textes.


:: ::

Lancé au printemps 2009, le webzine SUBJECTIVE propose tous les mois une immersion dans l’univers artistique, culturel, visuel et sonore d’un groupe de musiciens français novateurs. Chaque mois, un groupe – et un seul – est sélectionné par le webzine pour être présenté en profondeur à travers vidéos, photos, et interviews. Prenant le contre-pied des nouvelles habitudes d’écoute qui se diffusent sur Internet – privilégiant une approche rapide, compulsive et souvent superficielle de la musique – Subjective souhaite au contraire ralentir, s’attarder, laisser aux artistes le temps de parler et de séduire.

Retrouvez Michael Wookey sur subjectivemusic.com ..

(Photos : Lorène Durret & Thomas Darras // Texte : Nico Calibre)


Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *