L’instant critique // TOM JONES – 24 Hours

 tom-jones-24-hours

À 68 ans, Mister Jones demeure le crooner le plus pertinent et le plus agréable à entendre (quelle voix, tout de même). Tony Bennett est cool lui aussi mais son style demeure très classique, tandis que n’hésite jamais à confier la production de ses albums à des artisans audacieux.

Ici, c’est le duo Future Cut, d’anciens férus de drum and bass qui se sont tournés vers la pop originale made in Britain comme celle de Lily Allen, qui s’est occupé d’une grande partie de la réalisation de , un opus qui comprend, parmi ses treize titres, une reprise d’une chanson de Bruce Springsteen (The Hitter) ainsi qu’une composition de Bono et The Edge (savamment intitulée Sugar Daddy).

Dès la première plage, I’m Alive, on constate la puissance vocale à peine altérée de Jones ainsi que la sono particulièrement riche du disque. Certaines rythmiques font lever le sourcil (In Style And Rhythm, justement), d’autres rejoignent le côté plus rétro du chanteur, comme sur More Than Memories, le morceau qui clôture 24 Hours, un produit qui ne s’avère jamais vieillot ou ringard et qui prouve que Tom Jones a encore sa place dans l’univers de la musique pop.

zik3.gif

 


Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *