L’instant critique // Oasis

oasis.png

Si la sortie d’un nouvel Oasis n’est plus aussi vitale (et virale) que durant les grandes heures de la britpop, elle constitue toujours un événement. Ne serait-ce que pour pouvoir rappeler une énième fois les coups de sang des frangins Gallagher.

Cette fois, l’attente semblait même extrêmement prometteuse, buzzée par l’agression de Noel par un fan sur scène début septembre. Trop beau pour être vrai?

Il a quelque chose d’arrangé dans la musique d’Oasis, quelque chose qui me rappelle la peinture à numéros de mon enfance.

Si le truc est bien réalisé, tout semblera à sa place, rien ne dépassera du cadre et le résultat sera harmonieux.

Sauf que personne n’oubliera les numéros sous la couche colorée. Ici, on les oublie..

Pour leur septième album, Dig out Your Soul, les frères Gallagher et consorts réalisent un coup fumant avec des guitares tantôt crasseuses, tantôt caressantes, et des mélodies qu’on ne peut s’empêcher de siffloter. Du Oasis, quoi!

Il y a bien quelques chansons qui sortent du lot, comme « Bag it up », « To be where there’s Life » ou (Get off your) « High Horse Lady », mais ce qui frappe après plusieurs écoutes, c’est l’homogénéité mélodique et psychélique de cet album, un vrai, à écouter d’un bout à l’autre.

Laissez-vous enivrer… Ça marche!

 [kml_flashembed movie= »http://www.youtube.com/v/87IQhui_Yy8&color1=0xb1b1b1&color2=0xcfcfcf&hl=fr&fs=1″ height= »344″ width= »425″ allowfullscreen= »true » /]

One comment

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *