Interview // FAUVE

Interview // FAUVE

 

 

 

On a déjà parlé de en début d’année et on n’avait pas tarit d’éloges sur leur travail, une vraie claqueUne mélodie délicate et bien tournée en contraste avec des paroles profondes ponctuées de punchlines acérées. Toutes ces choses m’ont donné envie de rencontrer FAUVE pour en savoir un peu plus sur leur projet et qui ils sont.

 

Pour reprendre l’introduction de l’un de vos titres, , « C’est la première fois que je fais ça donc vous m’excuserez si ça part un peu dans tous les sens ou si je suis trop confus. »

 

– Alors déjà, pourquoi le nom FAUVE ?

 

En fait on ne sait plus exactement d’où ça vient mais c’est un nom qui reste assez important pour nous, il adhère bien à l’idée du groupe. Jusqu’à ce qu’on trouve le nom FAUVE on se cherchait un peu au niveau musique jusqu’à ce qu’on trouve le propos et le ton qu’on voulait prendre (fauvisme, mouvement de peinture, mélange avec le fauve, félin qui est assez sauvage mais à la fois aussi élégant) et on a fini par bien se trouver. Une fois qu’on a mis ce terme sur ce qu’on voulait faire ça nous a un peu aiguillés. Mais il faut savoir que pour « fauve » nous c’est carrément rentré dans notre langage courant, par exemple on marche dans la rue et entre nous on balance « Ah ça c’est fauve », « cette meuf elle a l’air tellement fauve ».

 

– Qui se cache derrière le groupe FAUVE ?

 

On n’aime pas trop montrer nos gueules, mais on ne se cache pas non plus. On n’a pas envie d’incarner en tout cas maintenant, ça évoluera peut-être plus tard les propos de nos chansons. On n’aime pas du tout et ça ne nous ressemble pas le principe de groupe et de posture publics, ça met une distance, le mec il va poser il regarde le photographe et l’appareil photo on ne veut pas se créer une image artificielle en se mettant sur un piédestal en faisant des photos classes et un peu cools on n’est pas dans le paraître on veut surtout montrer qu’on est comme les gens qui nous écoutent. On ne veut pas se mettre en valeur par rapport aux autres. Après il faut savoir qu’on n’est pas qu’un mélange de musiciens. Il y a aussi pas mal de gens qui s’occupent plus de la vidéo, des images, des visuels.

 

– Ca fait combien de temps maintenant que votre projet s’est monté ?

 

Ca va faire un peu plus d’un an maintenant qu’on a commencé à initier le projet. C’est parti de la musique, on a voulu créer quelque chose d’assez riche et généreux et assez inclusif, c’est-à-dire que quiconque se retrouvant dans nos propos peut intégrer le projet, pour faire des sculptures par exemple ou n’importe quoi.

 

– Vous avez sorti pour le moment seulement quelques titres et ce qui m’a vraiment marqué dans vos morceaux, c’est que vous interprétez ça un peu à la manière d’un storytelling, d’une histoire vraie, alors états d’âmes ou pure fiction?

 

En fait peu importe que ce soit pure fiction ou pure réalité. C’est juste que par moment des choses vont plus ou moins bien dans ta vie, et t’as envie d’expulser des choses, et c’est à ça que FAUVE sert et des fois ça va un peu plus loin que notre pensée et on dit des choses qui vont au-delà de la réalité et qui sont un peu dures c’est presque thérapeutique.

 

– Vos textes sont particulièrement incisifs.

 

Oui c’est vrai, parfois on nous dit qu’on a des textes qui sont très durs, négatif à la limite du déprimant, mais ce n’est pas du tout notre avis. On a toujours eu une perspective hyper heureuse dans le sens où, comme pour nous c’est thérapeutique, on a envie de se raccrocher à ce qu’il y a de positif dans les choses. Et c’est à partir de ces mauvaises situations qu’on peut progresser, avancer et arriver à quelque chose de mieux. Pour nous, on fait tout sauf de la musique de dépressif même si c’est ce que l’on peut ressentir parfois. C’est typiquement le cas de où on a un constat un peu dur et un refrain plus positif.

 

– Quelles sont vos influences musicales  ?

 

On écoute pas mal de trucs, mais après je ne suis pas sûr que ça se ressente vraiment dans notre musique. Musicalement on peut comparer FAUVE à quelques artistes, mais ce ne sont pas des sons dans lesquels on est à fond. Il y a beaucoup de gens qui nous parlent de DiaboloGum qu’on aime bien, mais qu’on n’a pas beaucoup écouté. Globalement on écoute un éventail quand même assez large, du punk/rock au hip-hop en passant par du reggae et de la pop. Mais au final ce n’est pas forcément ces musiques qui vont nous influencer. Ce qu’on va retrouver surtout sur FAUVE ça sera des beats hip-hop, mais au final ce n’est pas nécessairement la musique, ce qui va nous influencer. Par exemple on va pouvoir lire un bouquin ou voir un film qui va te donner ou une idée ou un univers auquel t’as envie de te rattacher.

 

– Pour l’instant vous avez 3 titres à votre actif dont un tout récent, . Il y a une certaine cohérence entres tous ces morceaux ?

 

Exactement, notre dernier titre s’appelle Nuits Fauves. On a encore pas mal de titres prêts qu’on n’a pas encore lâchés au final, mais oui, l’ensemble forme un truc cohérent. Chacun des titres à sa propre identité. Nuits Fauve c’est un peu dans la continuité du projet mais ça raconte autre chose.

 

 

– Vous me dites que vous avez encore pas mal de titres en stocks.  Vous avez un EP dans les cartons ?

 

C’est en projet oui. Après où et quand ce n’est pas encore clairement défini, mais oui on a pour projet de matérialiser un peu tout ce qu’on fait en sortant un EP. Peut-être en début d’année prochaine. Après c’est sûr on pourrait balancer tous les titres directement sur internet comme ça, mais ce qu’on aime bien faire, c’est avoir à chaque fois une image qui sert de support au titre. Du coup dans l’idéal si on balance un EP il faudrait que tous les sons soient prêts avec un visuel. Après voilà t’as pu le voir sur nos clips Kané et Sainte Anne les images illustrent pas forcément nos textes. Ce qui est important surtout dans FAUVE c’est les textes, c’est ce qui frappe en premier et c’est pour ça qu’on n’a pas envie de sortir des clips qui te déconcentrent du texte, y’a pas d’histoire, c’est plutôt contemplatif.

 

– Vous avez commencé à faire des concerts récemment, le premier c’est déroulé à La loge en début d’été c’est ça ?

 

Oui c’est ça, on a commencé à la loge fin mai et on en a refait tout récemment au Festival Silhouette au Parc des Buttes Chaumont. On se cherche encore un peu, ce n’est pas encore tout à fait prêt, faut qu’on travaille encore beaucoup dessus, sur la prestation scénique. Ce qui est sûr c’est qu’on a envie en live de mixer l’aspect visuel et la musique, on a un des membres de FAUVE qui est vidéaste et qui passe des vidéos en live pendant le concert. On va continuer de faire des concerts, on en fait un à la Maroquinerie le 04 octobre. L’écueil dans lequel on a peur de tomber c’est de prendre les titres qui existent et des les rendre plus rock pour le live et de jouer sur l’énergie et de détourner les gens du propos. On n’est pas là pour faire un show avec des putains d’artifices on veut centrer les gens sur nos textes

 

Dernière question, pour le moment vous êtes encore totalement indépendants. Vous n’avez toujours pas été approché ?

 

Il y a des gens qui viennent nous parler après on ne sait pas exactement ce qu’on veut faire concrètement. Pour l’instant on est complètement libres et on en est très contents, on avance tranquillement, mais on n’est pas fermés non plus. On a sorti que deux titres pour le moment, l’idée c’est d’en sortir d’autres derrière et d’accélérer clairement le rythme on a pas mal de travail à faire.

 

Voici leur dernier titre, Nuits Fauves, toujours aussi dément, il confirme tous les bonnes choses entendues sur FAUVE jusque là.


9 comments

  1. Ce groupe est pourri, je ne comprends pas pourquoi on le voit partout. C’est un pétard mouillé. La musique n’a pas grand intérêt, les paroles sont vraiment moyennes. Il n’y a vraiment pas de quoi s’exciter.

  2. Sherardia says:

    Article intéressant. J’ai été conquise instantanément par la puissance des textes, le flow et la musique envoutante, continuez les gars!

  3. N4n0 says:

    Pas mal ! Un peu vulgaire et osé, ça ressemble a du slam sur du chillout, en revanche je pense que que y a du travail a faire sur la partie chantée ;) « Offre moi ce soir…ect »
    J’Aime et j’approuve!

  4. Julie.M says:

    Pardon pour le bug, je pense donc que ça fait le charme.. Quant aux textes, ils me remontent bien le moral quand j’en ai besoin et ont le don de me mettre toujours de bonne humeur, je crois que je suis amoureuse de ce groupe ! :)

  5. Maelys says:

    Franchement j’aime tellement ! :O C’est juste le meilleur groupe que j’ai jamais connu, leurs chansons sont tellement bien. Elles font réfléchir et m’aident beaucoup à prendre des décisions. Pour moi FAUVE c’est un vrai exemple. ≠ J’ai que 14 ans et quand je suis aller au concert, j’étais la plus petite alors je me dit ça se trouve c’est pas trop des chansons pour moi, mais en même temps elle m’aident tellement. C’est le groupe en lui même qui m’aide. Merci. ≠

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *