Fnac Live 2017 #Day1

Fnac Live 2017 #Day1

La 7ème édition du Fnac Live s’est ouverte et compte bien encore une fois avec sa programmation éclectique séduire et faire danser du 6 au 8 juillet une foule toujours plus dense sur le parvis de l’Hôtel de ville.

 

The Pirouettes 

Pour cette première journée, le soleil et la chaleur sont  au rendez-vous.
Frais et pétillant, The Pirouettes composé de Leo Bear Creek et Vickie Chérie, ont en toute légèreté ouvert le bal du festival. Avec humour et sur des rythmes synthétiques un rien naïf parfois, le jeune duo électro-pop  a su électriser et capter l’attention le public, encore épars du parvis. Une jolie découverte qui sent bon l’été.

 

Fishbach

Devant ce parvis à la foule un peu plus compacte, Fishbach a délivré un set vibrant et intense (comme à son habitude), aux sonorités froides contrastant quelque peu avec la chaleur lourde de cette fin de journée. Lunettes de soleil rondes et psyché sur le nez, la chanteuse de Charleville-Mézières, a en quelque sorte hypnotisé le public avec des titres puissants mais aussi très dansants comme Mortel, A ta merci, Night Bird  (Petit monstre) et pour finir en apothéose sur Un autre que moi.
Je ne m’en lasse décidément pas… et a priori, je ne suis pas la seule.

Témé Tan

Changement d’ambiance ensuite avec l’électro world pop de Témé Tan, venu faire danser le public de l’hôtel de ville. Seul sur scène, le grand Bruxellois n’a besoin que de ses machines, un micro et une guitare électrique ( ?) pour produire une musique métissée et influencée par les 4 coins du globe : Kinshasa, Conakry, Sao Paulo, etc.  Quelques faussetés parfois dans la voix, mais sa musique sent bon l’été avec notamment les imparables « Na na na na nahhhh » de son titre Améthys. 

Calypso Rose

Du haut de ses 77 ans, Calypso Rose a fait danser tout le parvis et est devenue le temps de son set, The Queen of Paris (comme elle a aimé à s’autoproclamer au cours de la soirée). Son énergie et sa vitalité communicative (son déhanché en a rendu jalouse plus d’une) ont enflammé le public parisien. Elle l’a poussé à se déhancher à son tour aux sons des rythmes caribéens et l’a fait voyager le temps de quelques morceaux à Trinidad de Tobago.
Toujours aussi revendicatrice, cette grande dame, au détour de quelques titres bien chaloupés, n’a pas manqué de faire quelques clins d’œil aux puissants de ce monde (n’est-ce pas Donald), ou encore aborder la condition des femmes de son pays.
Bref, un joli moment de partage…

Polo and pan – Dj set 

Quand ces deux-là entre sur la scène, on sent bien qu’ils vont nous emmener dans un univers joyeux et rêveur à la fois.
Polo and Pan, c’est un duo de Dj qui s’amusent ensemble avant tout et ça se voit. A l’image du titre Canopée, le set est doux et un rien enfantin, le public du parvis danse et chante avec le sourire aux lèvres.  Ca sent bon les vacances et le monoï…

Polo & Pan © Félix Réginent

Benjamin Biolay

Des années que je souhaitais le voir sur scène… Merci le Fnac Live ! Une foule compacte attendait de pied ferme, Benjamin Biolay. Accompagné de ses musiciens, il a déroulé un set riche, éclectique et surtout généreux, mélangeant les nouveaux titres, issus de Volver (son dernier opus) mais aussi quelques clins d’œil au passé avec La Superbe ou encore Dans la merco Benz.
Il s’est même payé le luxe de faire une petite dédicace à Amadou et Mariam en reprenant le titre Mon amour, Ma chérie en mashup avec Miss Miss.
Avec son élégance et sa nonchalance légendaire, Benjamin Biolay tout en séduction, a rayonné et fait voyager le public parisien dans les rythmes latinos et métissés glanés au gré de ses pérégrinations, pour finir en apogée par Roma (amoR).
Ce soir, j’ai vraiment eu l’impression que l’histoire d’amour, s’est écrite entre Biolay et Paris.


Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *