Les Eurockéennes 2016 – Jour 1

Les Eurockéennes 2016 – Jour 1

C’est notre rendez-nous annuel et 2016 ne déroge pas à la règle. Belfort, nous voilà de retour pour 3 jours qui s’annoncent déjà foufou ! On commence oklm (ndlr : au calme) et sous le soleil avec la journée du vendredi.

Pumarosa

Ce sont les anglais de Pumarosa qui auront la lourde tâche de lancer le festival sur la petite scène du Club Loggia avec leur electro pop. Le magnétisme d’Isabelle Munoz-Newsome, la chanteuse/guitariste du groupe, suffit à attirer les premiers festivaliers venus profiter des premières notes de musique du week-end.

Bagarre

On les avait découverts à leur début aux Inrocks Lab il y a quelques années, les Bagarre débarquent aujourd’hui, telle une équipe de foot (ou de Hand) sur la scène Greenroom du festival. Reconnaissables à leur survêtement adidas et à leurs grosses chaînes, ils étaient là pour claquer des mains en rythme. Leurs singles « Claque le » et « Mourir Au Club » sont déclarés imparables.

MHD

20h rendez-vous devant la scène de la Plage pour le phénomène MHD. Le public est bouillant, souriant et jeune. On a les pieds dans le sable et c’est toujours aussi agréable comme ambiance. MHD débarque sur scène avec son équipe pour balancer son fameux Afro-trap. Le public réclame ses tubes et les aura : Roger Milla, La Moula, Afro Trap #3… MHD c’était la Champion’s League hier soir.

The Last Shadow Puppets

Premier concert sur la Grande Scène avec The Last Shadow Puppets, side project d’Alex Turner des Arctic Monkeys et Miles Kane. Attendu, le duo a ramené une section de cordes avec lui. Ca fait toujours son effet classe même si les riffs sauvages des deux compères ont masqué un peu les violons. Si on était moqueur on parlerait de leur look de gitans (chemise ouverte, cheveux mi-long et gomina pour Alex, crane rasé et survêt’ pour Miles) mais ils sont britanniques, donc ça passe à l’aise. Le duo a une belle complicité sur scène et tente d’embarquer avec lui le public, notamment sur Bad Habits et les cris de Miles. L’ambiance grimpe d’un cran mais ça reste plutôt calme. Sans doute l’effet apéro au soleil. On se dit que ça serait sans doute mieux dans une vraie salle de concert, non ?

Vald

Il n’a pas dit bonjour dans nos souvenirs !

Le Balani Show Bizness De Bamako

La jeune formation arrivée tout droit de Bamako et inconnue du « music bizness » jusqu’ici trouve un public clairsemé et attaque avec la lourde tâche de fédérer un public. Défi relevé rapidement, l’énergie et la bonne humeur du groupe ramèneront rapidement un public de curieux qui se laissera emporter dans les grooves de l’Afrique de l’ouest !!

Les Insus

Les retours dans anciens, Téléphone au quasi complet ! Contre toute attente le show est puissant et efficace, la setlist remplie de tubes (on ne va pas les lister, tous les morceaux sont des tubes !!) et la complicité des 4 lascars sur scène fait plaisir à voir. Bref, une reformation qui semble se passer pour le mieux !

Nathaniel Rateliff & The Night Sweats

On finit notre journée par la scène Greenroom avec Nathaniel et son groupe The Night Sweats. Nathaniel, c’est un rouquin, un peu grassouillet, barbu, sympa et tatoué, qui te chante « f#ls de pute, sers moi un verre » (S.O.B). Le plus drôle c’est que tu as envie de lui filer son verre, et puis plein d’autres pour qu’il recommence. Ce mec là a osé le mélange country, folk avec la bonne vieille soul et ça marche. L’énergie dégagée par son groupe et ses petits pas de danses façon James Brown finit par déchainer la passion du public. Une 1ère soirée qui se termine en beauté.

 

Les gens, l’ambiance, le public…

 

 

 

 

 

 

 


Voyageur-geek-photographe et fan de bon son !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *